La cage aux folles

All posts tagged La cage aux folles

Rating:

Une nouvelle forme de théâtre, le thriller fantastique signé Sébastien Azzopardi et Sacha Danino.

 

telechargement

Malo (Arthur Jugnot) a une maîtresse, Alice (Nastassja Girard ) jeune et jolie, dont il est éperdument amoureux. Elle habite dans une maison en plein milieu d’une forêt. Il va quitter sa femme  Céline (Réjane Lefoul) pour vivre avec elle, et promet de le faire le soir même. Mais lorsqu’il arrive chez lui sa femme lui annonce qu’il va être papa, et ne peut se résoudre à la quitter. Il va donc devoir rompre avec sa maîtresse….Et il va lui apprendre la nouvelle en voiture. Celle-ci s’enfuit dans les bois, et un malencontreux accident va se produire.

 

20160922dablebimg_9682bd 20160922dablebimg_9759bd

 

La Dame blanche, Pièce de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, Mise en scène : Sébastien Azzopardi, Décors : Juliette Azzopardi, Lumières : Philippe Lacombe, Costumes : Pauline Yaoua-Zurini, Magie : Kamyleon, Vidéo : Mathias Delfau, Sculpture : Jean Godement, Masques : Marion Even, Production : Théâtre du Palais Royal, Créée au Théâtre du Palais Royal le 10 septembre 2015, Théâtre du Palais Royal (Paris), 8 septembre 2015, © Emilie Brouchon / L'Œil du spectacle

La Dame blanche, Pièce de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, Mise en scène : Sébastien Azzopardi, Décors : Juliette Azzopardi, Lumières : Philippe Lacombe, Costumes : Pauline Yaoua-Zurini, Magie : Kamyleon, Vidéo : Mathias Delfau, Sculpture : Jean Godement, Masques : Marion Even, Production : Théâtre du Palais Royal, Créée au Théâtre du Palais Royal le 10 septembre 2015, Théâtre du Palais Royal (Paris), 8 septembre 2015, © Emilie Brouchon / L'Œil du spectacle

Difficile d’en parler plus sans dévoiler l’intrigue, il faut tout de même savoir que tous les rôles sont importants: Chloé  ( Marguerite Dabron) , le voisin un peu simplet Victor (Benoit Tachard), la vieille femme ( Michèle Garcia), son collègue gendarme , Alex ( Sébastien Pierre) et Charline ABANADES, Vincent CORDIER, Jean-Baptiste DAROSEY.  C’est dans les effets de mise en scène, et dans la façon dont vous êtes accueillis dans le théâtre que réside toute la différence. Les ouvreurs sont ‘habillés en loques’, avant le spectacle, des comédiens grimés effraient ( avec succès) les personnes dans la salle, et lorsque le noir se fait, vous vous attendez à chaque seconde au pire…Quelle intelligence dans la mise en scène, et dans la façon de vous mettre dans l’ambiance. Sébastien Azzopardi réussit là un pari fou, qui sait rendre l’humour de certaines situations, mais aussi effrayer le public avec des petits riens. Les décors sont utilisés au maximum, et vous réservent bien des surprises. J’ai vraiment été bluffé par cette pièce, par sa mise en scène et par ses comédiens, en tête desquels Arthur Jugnot, qui se donne à fond dans son rôle, qui n’est pas de tout repos.

La Dame blanche, Pièce de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, Mise en scène : Sébastien Azzopardi, Décors : Juliette Azzopardi, Lumières : Philippe Lacombe, Costumes : Pauline Yaoua-Zurini, Magie : Kamyleon, Vidéo : Mathias Delfau, Sculpture : Jean Godement, Masques : Marion Even, Production : Théâtre du Palais Royal, Créée au Théâtre du Palais Royal le 10 septembre 2015, Théâtre du Palais Royal (Paris), 8 septembre 2015, © Emilie Brouchon / L'Œil du spectacle

La Dame blanche, Pièce de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, Mise en scène : Sébastien Azzopardi, Décors : Juliette Azzopardi, Lumières : Philippe Lacombe, Costumes : Pauline Yaoua-Zurini, Magie : Kamyleon, Vidéo : Mathias Delfau, Sculpture : Jean Godement, Masques : Marion Even, Production : Théâtre du Palais Royal, Créée au Théâtre du Palais Royal le 10 septembre 2015, Théâtre du Palais Royal (Paris), 8 septembre 2015, © Emilie Brouchon / L'Œil du spectacle

Une fois de plus, il faut féliciter les directeurs du théâtre du Palais Royal ( Francis Nani, Sébastien Azzopardi) pour ce choix, qui donne un nouveau virage, réussi, pour ce lieu qui est un des plus beau, sinon le plus beau de Paris, et qui a connu d’énormes succès populaires comme Oscar, avec Louis de Funès, ou La Cage aux folles, qui a accueilli Jacqueline Maillan, Sophie Desmarets, Jean-Claude Brialy ou Line Renaud, parmi des centaines de comédiens célèbres. C’est maintenant au tour du théâtre de la Renaissance d’accueillir cette superbe pièce.

Allez donc frissonner au théâtre, c’est tellement rare qu’il faut tenter l’expérience!

La Dame blanche, Pièce de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, Mise en scène : Sébastien Azzopardi, Décors : Juliette Azzopardi, Lumières : Philippe Lacombe, Costumes : Pauline Yaoua-Zurini, Magie : Kamyleon, Vidéo : Mathias Delfau, Sculpture : Jean Godement, Masques : Marion Even, Production : Théâtre du Palais Royal, Créée au Théâtre du Palais Royal le 10 septembre 2015, Théâtre du Palais Royal (Paris), 8 septembre 2015, © Emilie Brouchon / L'Œil du spectacle

La Dame blanche, Pièce de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, Mise en scène : Sébastien Azzopardi, Décors : Juliette Azzopardi, Lumières : Philippe Lacombe, Costumes : Pauline Yaoua-Zurini, Magie : Kamyleon, Vidéo : Mathias Delfau, Sculpture : Jean Godement, Masques : Marion Even, Production : Théâtre du Palais Royal, Créée au Théâtre du Palais Royal le 10 septembre 2015, Théâtre du Palais Royal (Paris), 8 septembre 2015, © Emilie Brouchon / L'Œil du spectacle

La Dame blanche, Pièce de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, Mise en scène : Sébastien Azzopardi, Décors : Juliette Azzopardi, Lumières : Philippe Lacombe, Costumes : Pauline Yaoua-Zurini, Magie : Kamyleon, Vidéo : Mathias Delfau, Sculpture : Jean Godement, Masques : Marion Even, Production : Théâtre du Palais Royal, Créée au Théâtre du Palais Royal le 10 septembre 2015, Théâtre du Palais Royal (Paris), 8 septembre 2015, © Emilie Brouchon / L'Œil du spectacle

 

Toutes les photos : © Emilie Brouchon 

La dame Blanche, c’est au théâtre de la Renaissance du mercredi au samedi à 21h00, matinées samedi 17h00 et dimanche à 16.00 ( à partir du 25 Octobre mardi soirs à 21h00)

Prix des places : 16 à 60 €

 

 

Rating:

Cela fait d’un an qu’on m’en parle, et je n’avais toujours pas eu l’occasion de voir cette comédie burlesque. Voilà qui est fait, et je ne le regrette pas, bien au contraire.

40X60 FAUX BRITISH ST GEORGES MOLIÈRE BD

Tout d’abord il faut parler de la salle. En tout début de semaine, la salle était comble. Je dois avouer que j’ai rarement vu une salle aussi pleine , pas un strapontin de libre. C’est arrivé lors de Premières ou lors des journées presse, mais à ma connaissance, sauf des succès incroyables comme La Cage aux Folles ou Oscar avec de Funès, je n’ai jamais vu cela pour une pièce qui se joue depuis près d’un an, qui est passée du Théâtre Tristan Bernard au Théâtre St Georges. Et en parlant du public, il y en avait de tous âges, des plus jeunes, entre 8 et 10 ans, des ados, des adultes, des personnes du troisième âge, bref toutes les générations se retrouvaient dans la salle, et chacun y a trouvé son bonheur.

LES FAUX BRITISH - Comedie de : Henry Lewis, Henry Shields, Jonathan Sayer - Mise en scène : Gwen Aduh - Avec : Aurélie de Cazanove, Dominique Bastien, Gwen Aduh, Henri Costa, Herrade Von Meier, Jean-Marie Lecoq, Jean-Pascal Abribat, Lula Hugot, Michel Cremades, Michel Scotto Di Carlo, Miren Pradier, Nikko Dogz, Yann de Monterno _ Lieu : Théâtre St Georges - Ville : Paris - Le 18 01 2016 - Photo : Christophe RAYNAUD DE LAGE

Certes, ne venez pas si vous voulez voir du Shakespeare, ou du Marguerite Duras, ou un texte qui vous prendra bien la tête. Non là vous venez pour rire, et beaucoup rire. C’est du burlesque, du théâtre comme on en voit rarement, avec des comédiens qui se déchaînent, et que la salle suit dès les premières secondes. Les Faux British a été écrite par Henry Lewis, Jonathan Sayer & Henry Shields et mise en scène par Gwen Aduh. On y retrouve, excusez du peu, un mélange de l’humour des Monty Python, avec celui des Branquignols, le best of England, mixed with la crème de la crème de l’humour français.

Les Faux British par Christophe Raynaud de Lage

Imaginez 7 amateurs de romans noirs anglais qui décident de créer un spectacle alors qu’ils ne sont jamais montés sur scène ! Ils ont choisi une pièce dont l’action se situe à la fin du XIXème, dans un beau manoir, en plein coeur de l’Angleterre, lors d’une soirée de fiançailles. Les festivités devraient commencer quand un meurtre est commis. Chacun des invités présents dans le château devient alors… un dangereux suspect. Les valeureux « comédiens d’un soir » vont très vite constater à leurs dépens que le théâtre nécessite énormément de rigueur. Malgré toute leur bonne volonté, les catastrophes vont s’enchaîner à un rythme endiablé. Dans ce joyeux désordre, les Faux British feront tout pour interpréter aussi dignement que possible ce thriller théâtral qui leur tient  à coeur. La distribution joue en alternance :  Jean-Pascal Abribat ( Thomas Colleymore) Gwen Aduh ( Charles Haversham), Dominique Bastien ( Charles Haversham), Aurélie de Cazanove   (régie plateau), Michel Crémadès ( l’inspecteur Carter), Henri Costa ( Elmer Haversham), Yann de Monterno ( Thomas Colleymore) Nikko Dogz ( Perkins le marjordome), Lula Hugot ( régie plateau), Jean-Marie Lecoq ( l’inspecteur Carter), Miren Pradier ( Florence Colleymore), Michel Scotto Di Carlo (Elmer Haversham), Herrade Von Meier ( Florence Colleymore). Tous sont excellents, tous en font des tonnes et plus encore, mais plus ils vont dans le délire, plus la salle se tord de rire. J’en avais mal au ventre de rire autant, et quel bonheur de voir une salle qui participe autant. Un spectacle qui donne envie d’aller au théâtre, sans aucune vulgarité. On rit, on s’esclaffe, on participe. Alors profitez de cette série de représentations, qui à mon avis n’ont pas fini de faire les beaux soirs dans les théâtres parisiens.

LES FAUX BRITISH - Comedie de : Henry Lewis, Henry Shields, Jonathan Sayer - Mise en scène : Gwen Aduh - Avec : Aurélie de Cazanove, Dominique Bastien, Gwen Aduh, Henri Costa, Herrade Von Meier, Jean-Marie Lecoq, Jean-Pascal Abribat, Lula Hugot, Michel Cremades, Michel Scotto Di Carlo, Miren Pradier, Nikko Dogz, Yann de Monterno _ Lieu : Théâtre St Georges - Ville : Paris - Le 18 01 2016 - Photo : Christophe RAYNAUD DE LAGE


Photos : Christophe RAYNAUD DE LAGE

LES FAUX BRITISH C’est au Théâtre Saint-Georges
51, rue Saint-Georges – Paris 9ème
représentations du mercredi au vendredi à 20h30, samedi à 18h & 21h, dimanche à 15h
durée 1h30
Tarifs de 13 à 37 €
renseignements/réservations 01 48 78 63 47 – www.theatre-saint-georges.com ou www.kimaimemesuive.fr

 

Rating:

On rit de bout en bout avec ce Bonjour Ivresse de  Franck Le Hen, actuellement au théâtre du Marais les vendredis et samedis à 21h30.

onsortoupas204

Il fête ses 30 ans demain, et retrouve dans un petit coffre une liste de choses qu’il doit avoir fait avant d’avoir 30 ans, liste qu’il a faite encore ado. C’est sa soeur, bien coincée qui lui apporte le coffre sans savoir ce qu’il contient. Sa meilleure amie, légèrement nympho, et moins légèrement alcoolique mondaine, est sa confidente, lorsqu’il lui donne les détails de sa liste…dont deux choses : devoir coucher avec une femme, vu qu’il est très très gay, et avouer à sa sœur pourquoi son ex l’avait quittée alors.

BonjourIvresse14 BonjourIvresse11 BonjourIvresse9

 

Inutile de vous en dire plus, c’est inutile, cela pourrait vous gâcher l’effet de surprise. Le texte de Franck Le Hen fait mouche à tous les coups. Les comédiens s’amusent autant que le public, et ce n’est pas peu dire. La pièce n’est pas récente, mais elle roule comme une machine bien huilée. Il est rare de voir le public rire autant, (et de l’entendre rire) . J’ai vu cette pièce avec la nouvelle troupe, qui doit reprendre le spectacle en septembre dans une grande salle. Et franchement, bien que ce soit la première soirée où Lola Marois Bigard endossait le rôle de la meilleure amie de Benoit( Franck Le Hen) on aurait cru qu’elle l’avait joué depuis des mois. N’oublions pas d’Emmanuelle Boidron, tout aussi parfaite dans le rôle de la soeur coincée. Et je garde le meilleur pour la fin (pour la faim de certains aussi), avec Kevin Miranda dans le rôle de l’invité surprise à la fête d’anniversaire. Il joue bien, mais en prime il a un corps qui fera frémir nombre de demoiselles (et de damoiseaux), une plastique qui fera chavirer les cœurs. N’oublions surtout pas Lola, qui revient pour ces représentations sous les traits de  MELANIE KAH. Ce concert de louanges ne saurait être complet si on ne parlait pas de la mise en scène, rapide, sans temps mort co-signée par Franck Le Hen (encore lui!!) et Christine Hadida. Il fut un temps où la comédie gay par excellence fut ‘La Cage Aux Folles, puis, il y a quelques années il y eut la bonne surprise de ‘Comme Ils Disent’. Cette fois je donnerai la Palme à ‘Bonjour Ivresse’ de Franck Le Hen (à qui on doit aussi les délicieux : Revenir Un Jour, Les Homos préfèrent les blondes, ainsi que La Famille est dans le Pré.  Je peux me vanter d’être devenu fan de son humour, pour preuve les articles sur certaines de ses pièces sur ce sitehttp://www.onsortoupas.fr/revenir-un-jour-au-palais-des-glaces-jusquau-30-aout/  et  http://www.onsortoupas.fr/la-famille-est-dans-le-pre-et-la-salle-se-tord-de-rire-au-theatre-edgar/.

BonjourIvresse10 BonjourIvresse5

 

Vous l’avez certainement compris, si vous voulez vraiment rire et passer une soirée joyeuse, ‘gay’, enjouée, avec une troupe formidable, il n’y a qu’une adresse LE THEATRE DU MARAIS, 37 rue Volta dans le 3ème.b ivresse 2 bonjour ivresse

Représentations vendredi et samedi à 21h30. Locations au 01 71 73 97 83

Rating:

Une histoire d’amour au masculin, un bar  dans un hôtel en bord de mer, une joute verbale.

fd9116_63911f7e92814a49a1f83bf76ab4fe13

En pleine nuit, deux hommes qui se sont beaucoup aimés se retrouvent dans un bar d’hôtel de luxe. Des retrouvailles. Des souvenirs, des tonnes de souvenirs, certaines rancœurs,  l’amour est-il définitivement mort ou est-ce le début d’une nouvelle vie entre cet écrivain célèbre, Stéphane Belcourt ( Jean-Pierre Bouvier) et un homme plus jeune, moins instruit, Vincent Bellagio (Frédéric Nyssen), qui a évolué depuis leur rupture, sans jamais oublier celui qu’il a profondément aimé.

14366158969_5332b1c6ac_c

Un Tango en Bord de Mer est la première pièce de Philippe Besson, auteur de nombreux best-sellers, et le texte est mis en scène par Patrice Kerbrat. un texte vraiment superbe, qui ne nous lâche pas, sur lequel on s’interroge, sans que l’on puisse savoir comment l’auteur va finir sa pièce. Cette joute verbale, ces souvenirs accumulés, tout cela est remarquablement interprété par deux comédiens qui jouent sur la corde sensible, Jean-Pierre Bouvier et Frédéric Nyssen. Ici, pas d’image du personnage gay, pas de folle excentrique, pas de cliché ‘gay’. Les deux comédiens sont totalement crédibles, ils pourraient tous deux être nos voisins. L’histoire aurait presque pu être jouée par un homme et une femme. L’auteur a l’intelligence de parler d’amour, certes avec quelques allusions absolument naturelles au sexe, sans que le texte puisse choquer qui que ce soit. Il faut bien dire que ce début de saison nous a offert plusieurs spectacles où les homos sont omniprésents, que ce soit Les Felluettes ou la Banquet d’Auteuil, sans oublier les Voeux du Coeur, et toutes ces pièces nous offrent une lecture différente, et toujours intelligente. Il y a certes des homos ‘pour rire’ façon Cage aux Folles dans d’autres pièces, mais le sujet traité de manière plus grave, plus sérieuse dans les trois pièces citées méritent toutes qu’on s’y attarde.

Merci au théâtre Montparnasse d’offrir un aussi beau texte dans sa petite salle.

14529690246_85eabcea8b_c 14366101790_54df1da5f5_c

Photos : @ Véronique VERCHEVAL

Un Tango au bord de mer, c’est au théâtre du Petit Montparnasse, rue de la Gaité, du mardi au samedi à 19h00, matinées dimanche à 18h30

durée de la représentation : environ 1h20

prix des places : 18 et 32€

réservations au 01 43 22 77 74 et sur le site internet du théâtre : www.petitmontparnasse.com

 

 

Rating:

Feydeau + Jean Poiret + Agnés Boury + José Paul: la recette du succès de l’été.

onsortoupas181

Tailleur pour Dames fut créé en 1886 au théâtre de la Renaissance, ce fut un des premiers succès de Georges Feydeau. Environ un siècle plus tard, c’est un des auteurs et des metteurs en scène les plus talentueux, Jean Poiret, celui qui a écrit le plus gros succès du théâtre avec La Cage aux folles qui s’est joué pendant 5 ans devant près de 2 millions de spectateurs. Le duo formé avec Michel Serrault reste inoubliable pour ceux qui l’ont vu à l’époque. Pour cette reprise de la pièce Agnés Boury a repris l’adaptation de Jean Poiret pour une mise en scène rapide et haute en couleurs. Dans le premier rôle, José Paul, un des meilleurs comédiens de sa génération.

IMG_3729web

L’histoire : Le docteur Moulineaux (José Paul) a passé la nuit dehors et sa femme Suzanne ( Florence Maury) l’apprend, et veut en connaître les raisons. Au lieu d’avouer qu’il s’est endormi sur un banc, il va s’enfoncer dans le mensonge en prétendant avoir été au chevet d’un de ses patients, mourant , Bassinet (Sébastien Castro). Mais ce dernier, casse-pieds de 1ère catégorie débarque chez le docteur, et enchaîne lui aussi gaffes et quiproquos. On ajoute une belle mère (Véronique Barrault), une femme qui voudrait être sa maîtresse, Yvonne ( Caroline Maillard), une ancienne maîtresse Rosa ( Maud Le Guénédal), un mari volage (Philippe Uchan) sans oublier un majordome très stylé, (Guilhem  Pellegrin) et en mélangeant le tout, avec toujours plus de mensonges, on obtient le cocktail magique qui fait que la salle se meurt….de rire.

C’est avec des pièces de cette qualité qu’on se sent bien au théâtre. Un classique, certes, mais qu’importe puisqu’on est assuré de passer une très bonne soirée avec une troupe de comédiens bourrés de talent. Je ne peux que vous conseiller d’aller au théâtre Montparnasse et vous amuser avec eux. Une excellente soirée assurée.

IMG_3835web

le film annonce :