Anne-Sophie Germanaz

All posts tagged Anne-Sophie Germanaz

Rating:

Il y a des comédiens dont on se souvient, vu qu’ils nous ont tiré des larmes…de rires et c’est le cas de Sébastien Castro qui a écrit sa première pièce  J’AI ENVIE DE TOI.

Youssouf, trentenaire sans emploi, garde ponctuellement des personnes âgées chez lui. Ce soir, il doit s’occuper de Madame Brachet, 80 ans, qui a perdu l’usage de la parole et de ses membres depuis que son mari est mort d’une crise cardiaque. Sa fille, Sabine, qui s’en occupe à plein temps, va la lui emmener le temps d’un dîner au restaurant avec sa meilleure amie.  Dans l’appartement contigu, Guillaume vient d’emménager. Il a invité Julie, une fille canon avec qui il espère bien passer un très bon moment. Mais Youssouf , son voisin, fair irruption chez lui, en passant par le placerd qui sépare les 2 appartements. Ayant été en guerre pendant des années avec ses anciens voisins, Youssouf souhaite profiter de l’arrivée de Guillaume pour récupérer le placard de celui-ci dont il prétend être le propriétaire légal, plan de l’immeuble à l’appui. Déconcerté par la présence de Youssouf et par le manque d’intimité qui règne désormais entre les deux
appartements, Guillaume se trompe de destinataire en envoyant un texto. Et Christelle, son ex, reçoit « J’ai envie de toi »… un message destiné à Julie. Christelle, qui n’attendait que ça pour reprendre contact, est déjà en route ! Julie aussi. Guillaume a besoin d’aide. Par chance, Youssouf ne demande qu’à se rendre utile… En fait est-ce par chance ou pour son malheur? Vous le comprendrez en voyant la pièce.

90 minutes de bonheur total. On rit de bout en bout avec cette joyeuse bande de comédiens, Maud Le Guénédal, Guillaume Clérice, Anne-Dophie Germanaz, Astrid Roos et Alexandre Jérôme, dirigés avec une efficacité totale par José Paul.

Pluôt que s’attarder sur les détails, le mieux est de rencontrer l’auteur, comédien, qui joue Youssouf : Sébastien Castro.

Pour une première écriture, c’est une pure réussite et il y a fort à parier que J’AI ENVIE DE TOI, va rester très longtemps à l’affiche du Théâtre Fontaine. Le public ne s’y trompe pas, lorsque je suis venu, les rires fusaient de toute la salle qui a fait un véritable triomphe à toute la troupe. Si vous voulez vraiment rire, c’est évident que c’est au théâtre Fontaine qu’il vous faut réserver au plus vite

 

REPRÉSENTATIONS
1h30 sans entracte.
Jusqu’au dimanche 5 janvier 2020. (Prologations possibles)
Du mardi au vendredi à 21h00.
Samedi à 16h30 et 21h00, dimanche à 16h00.
Séance supplémentaire exceptionnelle : mardi 5 novembre à 15h00.
Réveillon de Noël : mardi 24 décembre 20h00 (pas de représentation le 25 décembre).
Réveillon de la St Sylvestre : mardi 31 décembre 16h30 et 21h00 (pas de représentation le 1er janvier).

LOCATIONS
Sur place : au guichet du théâtre, du lundi au dimanche de 11h00 à 18h00 (coupure de 13h00 à 14h00 lundi et mardi).
Par téléphone : au 01 48 74 74 40 du lundi au dimanche de 11h00 à 18h00

TARIFS DE LANCEMENT
Valables jusqu’au 29 septembre inclus :
Catégorie 1 : 30€
Catégorie 2 : 20€
Catégorie 3 : 10€
PLEIN TARIF
À partir du 1er octobre :
Catégorie 1 : 40€
Catégorie 2 : 30€
Catégorie 3 : 20€

 

 

Rating:

 

30 ans après sa création française dans une mise en scène de Pierre Mondy, avec Jacques Villeret et Pierre Mondy au Théâtre des Variétés, voilà une pièce qui n’a pas pris une ride et qui revient au Théâtre des Nouveautés.

L’action se déroule dans un hôtel très proche de l’Assemblée Nationale à Paris, où un célèbre député de province (José Paul) se prépare un après midi coquin avec une secrétaire du premier ministre (Pascale Louange). Il charge son assistant  (Sébastien Castro) d’organiser les choses, ! Mal lui en prend, celui-ci enchaîne gaffe sur gaffe, et tente de ‘couvrir les frasques du député tant bien que mal . Ajoutons au tableau sa femme qui est ‘chaude’ comme de la braise (Lysiane Meys), et qui voudrait bien se taper l’assistant, un directeur d’hôtel suspicieux (Guilhem Pellegrin), un valet de chambre hilarant ( Thomas Sagol), le mari de la secrétaire (Guillaume Clérice) et la réceptionniste (Anne-Sophie Germanaz), des portes qui claquent, des quiproquos et vous obtenez un cocktail absolument détonnant mis en scène par José Paul, qui s’y connaît lorsqu’il est question de faire rire.

photo : B Richebé

Jean Poiret avait adapté cette pièce hilarante de Ray Cooney en 1987 qui connut un succès énorme avec plus de 600 représentations au théâtre des Variétés. En tête d’affiche Pierre Mondy (qui en assurait la mise en scène) et Jacques Villeret. L’adaptation pour les planches du théâtre Hébertot fut une pure réussite, décors modernes, portes qui claquent, et c’est cette version que nous propose le Théâtre des Nouveautés. C’est du boulevard, mais boulevard assumé, dans la grande tradition. La salle rit de bout en bout et j’avoue m’être laissé entraîner très facilement dans ce tourbillon. C’est une mécanique du rire, un vrai bijou, et les comédiens s’amusent dans ces situations. La mise en scène de José Paul est précise, totalement efficace, c’est un grand moment de théâtre. Tous les comédiens sont excellents, dont José Paul, et celui qui crée les rires de bout en bout c’est Sébastien Castro, un assistant vraiment atypique!

phto : B Richebé

photo B Richebé

Si vous voulez être absolument certain de rire du début à la fin d’une pièce, n’hésitez pas, la recette est simple: c’est au Théâtre des Nouveautés et C’est Encore Mieux l’Après midi. Du boulevard, des portes qui claquent, des rires qui fusent, des répliques qui font mouche. C’est la 3ème fois que je vois cette pièce et je m’y régale toujours autant

Avec une telle profusion de talents, un entretien avec celui qui se donne à fond, qui est sur scène quasiment pendant toute la pièce, Sébastien Castro s’imposait. Il nous parle de la création le la pièce :

 

la bande annonce :

 

C’est encore mieux l’après midi, c’est au Théâtre des Nouveautés,

Du mercredi  au vendredi à 21h,
Samedi à 16H30 et 21h
et Dimanche à 16h.
A partir du 31 octobre :
Du mardi au vendredi à 21h,
Samedi à 16h30 et 21h,
Dimanche à 16h.

Places de 15 à 42€

Rating:

Un dîner de cons très intelligent et toujours aussi drôle!

Affiche LEDINERDECONS

 

Francis Véber est un des grands du théâtre et du cinéma puisqu’on lui doit de grands succès du rire . Au cinéma, personne ne peut oublier les Compères, Le jouet, La Chèvre qu’il a réalisés. On sait moins qu’il fut aussi le scénariste et/ou dialoguiste de Coup de tête, On aura tout vu, Adieu poulet, mais aussi de l’emmerdeur, d’après sa pièce et de petits chefs d’oeuvre d’humour comme Le Grand Blond avec une chaussure Noire et mon film préféré avec Jean Paul Belmondo : Le Magnifique, et enfin, on ne peut pas passer sous silence qu’il a adapté La Cage aux folles, d’après la pièce de Jean Poiret. Au théâtre ses succès sont légions, antre autres L’emmerdeur , Cher Trésor et surtout le fameux dîner de cons.

2014-01-24_76A3477 2014-01-24_76A4090 2014-01-24_76A4024 2014-01-24_76A3960

J’ai eu la chance de voir la pièce à sa création avec Claude Brasseur et Jacques Villeret, et ensuite deux autres fois avec d’autres interprètes, dont Michel Roux. Je ne m’en suis jamais lassé et je crois avoir ri  à chaque fois aux répliques qui fusaient. Il faut avouer que Jacques Villeret qui fut plus de 600 fois Pignon sur scène reste inoubliable. Alors je partais pour le théâtre de la Michodière, récemment acquis par Mr Vente-privée.com : Jacques Antoine Granjon sans trop d’à-priori. Je me souviens avoir vu Patrick Haudecoeur et José Paul , les deux interprètes principaux il y a longtemps sur scène, et que je les avais trouvés formidables. Donc aucune raison de craindre le pire.

Et c’est en fait le meilleur qui nous est offert, avec Patrick Haudecoeur éblouissant dans le rôle fétiche de François Pignon. Il est d’une drôlerie rare, et peut se comparer sans en souffrir à celui qui créa ce rôle. La mise en scène est elle aussi légère avec de bonnes trouvailles, qui laisse le spectateur se régaler des situations et surtout du texte de Francis Véber. Certes le duo Patrick Haudecoeur /François Pignon, et José Paul / Pierre Brochant ne manque pas de piquant. Les comédiens  n’en font pas des tonnes, et pourtant la salle est hilare. Ils savent laisser le texte faire son effet, etpour que les spectateurs puissent ainsi  déguster ce délice.

2014-01-24_76A3912 2014-01-24_76A3900 2014-01-24_76A3767

Je ne vous ferai pas l’affront de vous raconter la pièce. Vous en connaissez l’histoire, celle d’un éditeur comblé, qui, chaque mardi organise un dîner un peu spécial, en invitant un CON, dont tous les convives vont rire à ses dépens. Bien entendu, celui qui trouve le plus cons des cons est vainqueur au finish. Et Pierre Brochant semble bien avoir trouvé un invité gagnant en la personne d’un contrôleur des impôts, passionné de maquettes en allumettes. Lorsque François Pignon arrive, brochant est cloué sur son canapé, pris d’un lumbago fulgurant. l’arrivée de Pignon va bouleverser sa vie, et les catastrophes s’enchaînent à un rythme effréné, sous les rires de toute la salle. La troupe qui entoure les deux comédiens a quelquefois du mal à garder son sérieux, et tous entourent les deux comédiens avec une précision d’horloger. Lucien Cheval – Grégoire Bonnet, Juste Leblanc- Patrick Zard, , Florence Maury, Anne Marie Germanaz et Stéphane Cottin, dans des rôles moins importants ont chacun trouvé leur place. La mis en scène d’Agnés Boury est efficace, légère, et s’efface devant le texte et les comédiens. C’est ainsi que le théâtre qui a vocation de faire rire se doit d’être. certes certains comédiens comme le duo Jean Poiret et Michel Serrault dans La Cage aux Folles prenait largement ses distances avec le texte…mais bon, l’auteur était sur scène, et le metteur en scène, Pierre Mondy, savait qu’il fallait leur laisser s’amuser. C’est d’ailleurs la seule pièce que j’ai vu 4 fois, et je pense avoir vu 4 pièces différentes. avec le Diner de cons, j’ai eu aussi l’impression de redécouvrir ce texte, m’amuser auditant, sinon plus que la première fois. Et ça tient du miracle. On rit constamment pendant toute la durée de la pièce, même si on l’avait vu sur scène, même si on connait les répliques par coeur, même si on avait ri au film. Alors a qui doit-on dire merci pour une aussi belle soirée? Les comédiens, celle qui a mis en scène? Le Théâtre? l’Auteur? ….Je les salue tous, je les remercie tous, et les félicite tout autant!

2014-01-24_76A3484 2014-01-24_76A3520 2014-01-24_76A3559 2014-01-24_76A3623

toutes les photos@ Bernard Richebé

Le Dîner de Cons  au théâtre de la Michodière, 4 bis rue de la Michodière Paris 2 (proche Métro Opéra et Quatre Septembre)

Représentations du mardi au samedi à 20h30, matinées samedi à  17h00 et le dimanche à 15h00.

Places de  15 à 47€,

Réservations : par téléphone : 01.47.42.95.22 ou http://www.michodiere.com

 

la bande annonce :

 

un extrait du film avec Thierry Lhermitte et Jacques Villeret, réalisation : Francis Véber