Claude Lelouch

All posts tagged Claude Lelouch

Rating:

5ème saison pour cette Nuit de la Déprime, créée par Raphaël Mezrahi, qui attire une foule conséquente pour un plateau choc.

Incroyable de pouvoir réunir autant de talents dans une seule soirée, tout cela par la magie de Raphaël Mezrahi et de Thierry Colby. Une telle soirée est tellement rare qu’on a du mal à croire ce qui s’est déroule sous nos yeux .

Ça débute dès l’arrivée dans ce temple kitsch qu’est le Théâtre des Folies Bergères. On vous accueille avec le sourire, mais on vous offre immédiatement un paquet de kleenex et une barre chocolatée. On fait tout juste quelques pas et voilà un bouchon de chocolat praliné offert par le département de l’Aube, et comme est déjà tristes et qu’on risque de pleurer comme une madeleine, voilà de super goûteuses madeleines artisanales. Une chorale entonne un air bien triste alors qu’un lit géant se trouve juste devant !

Voilà ce que vous n’aurez pas pu voir si vous étiez dans la salle: les coulisses où de nombreuses retrouvailles se fêtaient autour de quelques canapés et coupes de Champagne…

Gérard Lenorman

Laurent Gerra et Raphaël Mezrahi

Les deux Gilbert : Jouin et Montagné

Toujours Gilbert Montagné, mais avec Guy Courthéoux

Trio de choc : Gilbert Montagné, Laurent Baffie et Hervé Vilard

Nicoletta, mais avec qui?

Nicoletta et Thierry Colby

Mais le plus important c’est ce qui se déroule sur la scène où Raphaël a animé la soirée en compagnie , plusieurs fois, du parrain de la soirée, un homme formidable que j’admire depuis des années : Laurent Gerra. De très nombreux grands moments, et il est impossible de les citer tous. Si Eddy Mitchell n’était pas dans la salle, il servait aussi de fil rouge avec des interventions filmées, qui ne manquaient pas de piment. La majorité des stars présentes ont interprété des chansons qui ne faisaient pas partie de leur répertoire, hormis Gérard Lenorman qui a chanté ce qui m’a toujours semblé son plus beau titre : Quand une foule crie Bravo. Et cette chanson , au moins pour son titre, résume parfaitement cette soirée:

Arielle Dombasle

Gérard Lenorman

Julie Zenatti

Laurent Gerra et Raphaël Mezrahi

Liane Foly

Claude Lelouch, Liane Foly, Raphaël Mezrahi

Hervé Vilard

Romane Serda et Raphaël Mezrahi

Laurent Baffie

Grégoire

Natalie Dessay

Nicoletta

Cali

Jean-Luc Lahaye

TOUTES LES PHOTOS ET VIDEOS : @ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr. Tous droits réservés

et pour terminer, un vrai bonus :un sketch inédit avec le parrain et le président de la soirée, dont voici quelques extraits:

 

Rating:

Nous avons reçu une  lettre de Corine Blue, actrice, réalisatrice et Coach, adressée à Claude Lelouch. Elle a aimé le film et elle signe la lettre ouverte au réalisateur. Mais j’ai aussi vu ce film, que je ne juge pas de la même façon. Le positif d’abord :

téléchargement

Claude Lelouch
Texte Corine Blue
          SALAUD, ON T’AIME

Le regard. Un axe. Le sens. Le mouvement. Le battement, de paupières, demains, d’ailes, d’air, de cœur.
Un vertige, la hauteur, la distance, le vide.
Le cadre, l’optique, l’option.
Une histoire, unique, privée, universelle, la même, la nôtre.
Une quête insatiable, sans cesse projetée vers l’ailleurs, le cœur, encore.
Un prolongement du battement de cil et d’une vision.
Une énergie, une tentative, une tentation de capturer pour partager.
Un acte d’amour – Un pacte de fidélité – Un fragment d’éternité
La caméra est à Claude Lelouch le sang du poète, l’âme du baladin sifflotant pieds nus dans l’herbe fraîche ces refrains d’antan et de demain. C’est le lien de vies multiples et semblables, ce quelque chose qui bat encore chez qui sait écouter et voir.

Un regard. Un aigle. Un homme.

Un écrin, des cimes, le blanc, virginité d’une nature vivante, sereine, pleine d’elle-même.

Lui, l’homme, est-il plein ? Non. Malgré une vie pleine. Face au vide, soudain. Que manque-t-il ?
Le point. Faire le point.
Homme d’images, d’histoires, c’est à lui de jouer sa vie pour de vrai maintenant. La sienne, pas celle des autres.
L’aigle est là pour le regarder. Défi ? Complicité ? Duel ?
L’homme, le photographe, le père, et la suite… ?  la suite sont quatre filles disséminées au gré des amours nomades. Il s’agit de rassembler et de regarder. Le tout. Ensemble. Et saisir cette vibration filiale, tendre le lien, dire l’amour avant l’après.
L’ami accomplira son rôle ; il réveillera le lien ; il est un double, légitime.
Elles viendront, toutes, et la vie fera son œuvre. Rires, pleurs, cris, reproches, excuses, regrets, confessions, questions… Et puis l’échange existera. Le lien. Enfin.
Alors le destin s’accomplira, imprévu comme toujours, presque bête, absurde, insensé, suivant une logique qui échappe à tout sauf peut-être aux Dieux ?
Mais le lien sera posé et le battement continuera …. les yeux, les mains, le cœur….

Oui l’amitié existe encore.
Oui l’amour est toujours la quête nécessaire des hommes.
Oui les histoires se ressemblent et elles sont belles lorsque racontées avec générosité et intelligence sensible ; lorsque elles portent en elles l’authenticité invincible ; lorsque le désir les partage.
Merci Monsieur Lelouch pour la route lumineuse que vous tracez sans calcul, sans attente, sans peur, sous nos pas incertains aujourd’hui dans un monde confus et si fragile.
Oui le cinéma existe, vous nous l’offrez à chaque film.

Alors oui, Monsieur Lelouch, on vous aime !

Corine Blue

téléchargement (2)

Mais il faut aussi accepter la critique, alors désolé Monsieur Lelouch, mais je ne suis pas du tout d’accord avec cette lettre.

Ce film réunit certes deux grandes stars de la chanson, Hallyday et Eddy Mitchell. On sait que ce dernier est bon acteur, ce qui n’est pas vraiment le cas de celui que l’on a appelé l’Idole des Jeunes, et qui a bien changé. A leurs côtés, Sandrine Bonnaire, qui, malgré tout son talent, n’arrive pas à nous faire croire à cette histoire d’amour avec Johnny Hallyday. Tous les autres rôles sont plus destinées à valoriser les deux acteurs. Les 4 filles du photographe (Hallyday), qu’il n’a jamais connues et qu’aux derniers jours de sa vie, il voudrait connaître, sans oublier une 5ème qui surgit dans le film comme un cheveu sur la soupe. On ne croit pas une seule minute à cette histoire, qui n’est destinée qu’à réunir deux chanteurs des années 60, qui ont traversé les années. On s’y ennuie ferme, et tout est tellement rocambolesque qu’on se demande comment un tel film a pu se faire. Même les chaînes télé n’oseraient pas produire de telles bêtises, qui en plus sont d’un ennui mortel ( et le mot n’est pas trop faible, vu que la mort plane sur ce film qui se voudrait une comédie).  A propos des comédiens, celui qui s’en sort peut-être le mieux est le bel aigle qui est omniprésent dans le film! Et curieusement le chanteur que l’on entend le plus est le regretté Georges Moustaki, ce qui est parfaitement louable.

images

Claude Lelouch avait fait de grands films, avait connu de grands succès, rappelons-nous quand même: Les Uns et les Autres, Itinéraire d’un enfant gâté, l’aventure c’est l’aventure parmi les très nombreux films qu’il a réalisés. Cela fait plusieurs années qu’il s’embourbe, et ce film prouve qu’il a perdu cette faculté de faire des films longs, auxquels on s’accroche avec bonheur, avec lesquels on vibre. Oublions donc ce ‘salaud on t’aime’, et revoyons ses anciens films parmi lesquels il y a avait des chefs d’oeuvre. Inutile de faire de mauvais jeux de mots avec le titre, le public saura très bien s’il aime, ou plus vraisemblablement s’il déteste!

Guy Courthéoux

téléchargement (1)