Sheila

All posts tagged Sheila

Rating:

Ils sont 5, ont entre 13 et 17 ans, ce sont les PETITES CANAILLES et ils sortent un album avec des titres mythiques des années 60.

 

Ces 5 là ont de très belles voix, et lors d’un show case, j’ai eu le plaisir de rencontrer 2 d’entre eux ( normal le canapé n’avait que 3 places! )

voici donc Carla et Hindy pour un entretien exclusif pour onsortoupas.fr

vous voulez connaître tous les titres sur ce CD :

 

Mais le mieux n’est-il pas de les écouter chanter en direct, devant une salle totalement conquise lors d’un show-case qui s’est déroulé il y a quelques jours. OnSortOuPas.fr y était et a filmé nombre de titres. Les voilà, régalez-vous

A tout seigneur, tout honneur  : ma préférée  qui est aussi celle d’hindy et Carla : Bang Bang ( autrefois créé en français par Sheila)

une version très douce de J’attendrai : ( en français par Claude François)

 

Deux titres ont été interprétés par Sylvie Vartan :

Le Locomotion

 

et DadouRon ron ( immense succés  pour Hallyday aussi)

 

Sans oublier Françoise Hardy : Comment te dire Adieu

Et Jacques Dutronc : Fais Pas Ci, Fais Pas Ca:

Autres canailles ( des vieilles canailles) :

Johnny Hallyday : Pour moi la vie va commencer,

 

puis Eddy Mitchell : Be bop a lula

autre star des sixties : Richard Anthony avec un tube immense : J’entends siffler le train :

Impossible de passer sous silence Christophe et ses Marionettes :

Il manque un titre en anglais que tout le monde connaît : Pretty Woman, créé par Roy Orbinson:

et un bonus final un medley :

TOUTES LES VIDEOS @ GUY COURTHEOUX POUR LE SITE  ONSORTOUPAS.FR, avec l’aimable autorisation de la production des petites Canailles. Toute reporduction interdite sans accord

 

 

Le CD avec 13 titres est actuellement disponible avec Lilian, Hindy ,  Carla, Madison et Ermonia

distribué par MCA / Universal

 

 

 

Rating:

Réaliser son rêve de gosse : créer un spectacle aux Folies Bergère, un pari réussi haut la main par Jean-Paul Gaultier

 

Dans la série des spectacles inclassables : Fashion Freak Show de Jean-Paul Gaultier est en bonne place. Ce n’est pas un défilé de mode, ce n’est pas une comédie musicale, ce n’est pas du théâtre, ce n’est pas de la danse, ni de la chanson, mais un joyeux mélange de tout cela.

Un Jean-Paul Gaultier très très jeune nous raconte une histoire, son histoire, qui commence dans sa plus tendre enfance avec un ourson qu’il va habiller à sa manière et qui apparaîtra sur scène, avec quelques transformations. L’écran nous montrera diverses époques de sa vie, illustrées par Rossy de Palma, , Cristina Cordula, Micheline Presle, Catherine Ringer, Line Renaud, Amanda Lear, Catherine Deneuve ou encore Antoine de Caunes pour n’en citer que les plus célèbres. Mais il n’y a pas que l’écran, il y a du monde sur la scène, une troupe bourrée de talents divers : dans le désordre le plus total : Lazaro Cuervo Costa, Julie Demont, Anna Cleveland, Maud’Amour, Fanny Coindel, Mike Gautier, Patric Kuo, Grégoire Malandain, Nacer Marsad, Marie Meyer, Mounia Nassangar, Anouk Viale, Jean-Charles Zambo, Lea Vlamos, Demi Mondaine. Tout ce petit monde sous la houlette de Tonie Marshall qui en assure la mise en scène, alors que JPG est le créateur du spectacle, des costumes ( on ne s’en serait pas douté!!), qui assure aussi une partie de la mise en scène. La musique porte la signature d’un grand : Nile Rodgers, auteur de nombreux tubes: dont : LE FREAK, I WANT YOUR LOVE, GOOD TIMES, il a aussi produit l’album Let’s Dance pour David Bowie et des tubes pour Madonna (Like a virgin) et Sheila (Spacer), Grace Jones, Diana Ross, Mick Jagger et beaucoup d’autres. Inutile donc d’ajouter que musicalement parlant aussi, ce Fashion Freak Show est une pure réussite.

Jean Paul Gaultier _ Nile Rodgers

Deux partie égales, de la naissance aux années Palace, puis de l’entrée dans ce haut lieu des nuits parisiennes du début des années 80 à nos jours, avec de vrais faux défilés, des décors de folie, des costumes abracadabrantesques, tout est ici Folie, Foll-ie, Folies (Bergère!). Un rythme d’enfer, deux heures de spectacle, et clou, lors des rappels, la présence du maestro quelques secondes, juste le temps d’un clin d’oeil à la salle et à ses admirateurs.

Ecrire que j’ai aimé est une fausse vérité: j’ai adoré cette FOLIE, ce spectacle inclassable mais si enthousiasmant. Une soirée superbe que je ne peux que recommander à tous ceux qui ont l’esprit ouvert, sans ornières, et qui admirent ce grand couturier, désormais aussi homme de spectacle!

TOUTES LES PHOTOS @ Boby ( sauf mention contraire)

FASHION FREAK SHOW, c’est aux Folies Bergère, Rue Richer

Du mardi au samedi à 20h00 – Les samedis et dimanches à 15h00

Détails et réservations : www.jpgfashionfreakshow.com

ou : www.foliesbergere.com

la bande annonce :

 

Rating:

Le dernier spectacle de Sheila, il y a quelques mois a connu un énorme succès qui s’est joué à guichets fermés. On attendait le Bluray,: le voilà, et on attend déjà son retour sur une scène parisienne, ce sera chose faire le 28 décembre prochain, à la salle Pleyel.

Le son et l’image sont de tout beauté, vous avez le choix entre le son Dolby Digital et la version en DTS

Un petit making of vous réserve quelques surprises:

Quant aux titres interprétés : en voici la liste. Elle est accompagnée sur scène par le groupe H Taag

Kennedy Airport ;

Le tam-tam du vent ;

Blancs, jaunes, rouges, noirs ;

Je suis comme toi ;

Partir ; (inédit)

Johnny, Sylvie, Cloclo et moi ;

Si je chante encore ;

Pop Art ;

Bang Bang ;

Medley cajun (Le folklore américain, L’heure de la sortie, Enfin réunis, Prends la vie comme elle vient, Onle Jo) ;

Emmenez-moi ;

Belle journée ;

Pour sauver l’amour ;

L’écuyère ;

Little Darling ;

Tangue au ;

Ooh La La ; (inédit)

Mélancolie ;

Spacer ;

Les rois mages ;

Aimer avant de mourir.

©C.Boulmé

©C.Boulmé

©C.Boulmé

©C.Boulmé

©C.Boulmé

©C.Boulmé

 

La tournée actuelle :

Le 27/04 – Woincourt (80) – Vim’ Arts
– Le 28/04 – Roye (80) – Théâtre de Roye
– Le 17/05 à Nevers (58) – Maison de la Culture
– Le 20/05 à Alizay (76)
– Le 31/08 à Barbezieux (16)
– Le 06/09 à Châlons-en-Champagne (51) – Parc des expositions
– Le 22/09 à Fraize (88)
– 01/12 à Bretteville l’Orgueilleuse (14) – Le Studio
– Le 14/12 à Lyon (3ème) – Bourse du Travail

et le 28 décembre à la salle Pleyel à Paris

 

le Centre national du costume de scène à Moulins célèbre ses 10 ans et va clôturer cette année anniversaire en chanson avec l’exposition Déshabillez-moi ! Les costumes de la pop et de la chanson.

AfficheOK
Le CNCS expose 100 ans de chanson à travers ses costumes  les plus emblématiques :des robes en strass de Mistinguett au blouson en cuir noir et bandana de Renaud, des costumes
dessinés par Jean-Denis Malclès pour les Frères Jacques, aux tenues noires de Johnny Hallyday, d’Edith Piaf, de Barbara et d’Alain Bashung, des petites robes Carven chantées et portées par Jacqueline François à la ceinture de bananes de Joséphine Baker en passant par les tenues dorées d’Etienne Daho ou des Brigitte aux créations couture signées On Aura Tout Vu, Jean Paul Gaultier, Frank Sorbier pour des artistes français et internationaux. Sans oublier l’idole qui est partie à l’âge de 39 ans, célèbre pour ses costumes à paillettes: .

Costume de Camps de Lucas porté par Claude François.

Costume de Camps de Lucas porté par Claude François.

Bottines Anello & Davide portées par Claude François.

Bottines Anello & Davide portées par Claude François.

Costume de Barbara

Costume de Barbara

Costume de Jean Colonna porté par Alain Bashung lors de la « tournée des grands espaces », 2003

Costume de Jean Colonna porté par Alain Bashung lors de la « tournée des grands espaces », 2003

Robe portée par Yvette Horner lors de programmes télévisés.

Robe portée par Yvette Horner lors de programmes télévisés.

Dès son entrée dans l’exposition, le visiteur sera immergé dans l’univers de la musique et de la chanson à travers la présentation de collections de fans (affiches de concert, dédicaces, objets souvenirs glanés lors de concerts…) ou d’objets cultes appartenant aux « mythologies populaires » comme  le canotier de Maurice Chevalier. Puis à travers un  parcours en 13 salles thématiques, on passe de l’univers du music-hall des années 50/60 (Mistinguett, Maurice Chevalier, Les Frères Jacques…) à celui de l’opéra pop. Une salle est aussi consacrée à la « pop Couture » avec les créations de Jean Paul Gaultier, d’Alexandre Vauthier, de Thierry Mugler, d’On Aura Tout Vu portées par Beyoncé, Madonna, Conchita Wurst, , Kylie Minogue, Lady Gaga… Les tenues noires sont également  prisées par les artistes avec les robes d’Edith Piaf et de Barbara ou la génération des blousons noirs. En miroir à cette vitrine, « Les légendes dorées » scintillent de tout leur éclat grâce aux costumes aux reflets d’or d’Etienne Daho, des Brigitte , ou de Sheila dans sa période Disco. Le parcours se termine avec une salle entièrement dédiée à   et son double exubérant sur scène -M- , dont la coiffure détonante, les lunettes customisées et les costumes multicolores sont immédiatement reconnaissables.

Veste portée par Sheila dans l’émission « Top A », 11 mai 1974.

Veste portée par Sheila dans l’émission « Top A », 11 mai 1974.

Robe d’Alexis Mabille portée par le duo Brigitte aux 30e Victoires de la Musique, 2015.

Robe d’Alexis Mabille portée par le duo Brigitte aux 30e Victoires de la Musique, 2015.

Costume Yves Saint Laurent porté par Etienne Daho lors du « Diskönoir tour », 2014-15.

Costume Yves Saint Laurent porté par Etienne Daho lors du « Diskönoir tour », 2014-15.

Blouson porté par Renaud lors d’un concert au Zénith, 1984.

Blouson porté par Renaud lors d’un concert au Zénith, 1984.

Blouson en cuir et bandana portés par Renaud pour la tournée « Boucan d’enfer », 2003.

Blouson en cuir et bandana portés par Renaud pour la tournée « Boucan d’enfer », 2003.

Robe de Carven portée par Jacqueline François vers 1955.

Robe de Carven portée par Jacqueline François vers 1955.

Situé dans une ancienne caserne militaire du XVIIIe siècle classée Monument historique, le CNCS a attiré depuis son ouverture en 2006 plus de 700 000 visiteurs. Le CNCS conserve, montre et explique les oeuvres d’une collection unique au monde composée à ce jour de 10 000 costumes de théâtre, de danse et d’opéra depuis le milieu du XIXe siècle  provenant de dépôts des trois institutions fondatrices du Centre, la Bibliothèque nationale de France, la Comédie-Française et l’Opéra national de Paris, auxquels sont venus s’ajouter de nombreux dons de compagnies, d’artistes et de théâtres. Ce musée unique au monde a présenté pas moins de 21 expositions  et abrite depuis 2013 la collection du danseur Rudolf Noureev soit un ensemble de 3 500 pièces.

Exposition LOpéra Comique et ses trésors

Exposition L’ Opéra Comique et ses trésors

Costumes du CNCS mis en scène dans l escalier principal

Costumes du CNCS mis en scène dans l escalier principal

Costume Betes de scène

Costume Betes de scène

CNCS

Robe de Carven porté par Jacqueline François 1953-1955.

Robe de Carven porté par Jacqueline François 1953-1955.

Centre national du costume de scène (CNCS)
Quartier Villars, Route de Montilly, 03000 Moulins
Tél. : 04 70 20 76 20

www.cncs.fr
Exposition
Du 15 octobre 2016 au 5 mars 2017
Ouverture tous les jours de 10h à 18h
Fermeture exceptionnelle les 25 décembre et 1er janvier

Visites guidées de l’exposition possibles : samedis et dimanches, et tous les jours pendant les vacances scolaires à 14h30 et 16h
Tarifs : Plein : 6 € / réduit : 3 € / gratuit pour les – 12 ans

22 © CNCS Florent Giffard 21 © CNCS Florent Giffard

Jupe et cape pailletées de José Vinas portées par Line Renaud lors du final à Las Vegas, 1968.

Jupe et cape pailletées de José Vinas portées par Line Renaud lors du final à Las Vegas, 1968.

Costume de Renata Morales porté par Yelle lors de la tournée « Complétement fou », 2014.

Costume de Renata Morales porté par Yelle lors de la tournée « Complétement fou », 2014.

Costume Agnès B. porté par Matthieu Chedid pour la tournée « Qui de nous deux ? », 2003.

Costume Agnès B. porté par Matthieu Chedid pour la tournée « Qui de nous deux ? », 2003.

Guitare « Billie » créée par Cyril Guérin pour Matthieu Chedid à l’occasion de la tournée « Qui de nous deux ? », 2003.

Guitare « Billie » créée par Cyril Guérin pour Matthieu Chedid à l’occasion de la tournée « Qui de nous deux ? », 2003.

TOUTES LES PHOTOS / © CNCS / Florent Giffard

Rating:

Tout le monde se souvient du film, ou tout au moins du titre phare chanté et dansé par Gene Kelly

singinintherain

L’histoire se déroule à Hollywood, à la fin de l’ère du cinéma muet. Don Lockwood (Dan Burton) est devenu une star du cinéma muet. Lina Lamont, (Emma Kate Nelson) son insipide et antipathique partenaire, est persuadée qu’ils forment un couple à la ville comme à l’écran. Alors que Le Chanteur de Jazz, le tout premier film parlant, connaît un succès fulgurant, le directeur du studio R.F Simpson (Robert Dauney) n’a d’autre choix que de convertir le nouveau film du duo Lockwood / Lamont. L’équipe de production est confrontée à de nombreuses difficultés, notamment l’insupportable voix de crécelle de Lina Lamont. un soir Don rencontre une jeune et jolie jeune femme à la sortie de la première d’un de ses films. Il est très vite épris d’elle, Kathy Selden (Clare Halse) . Le meilleur ami de Don Lockwood, Cosmo Brown (Daniel Crosley, a l’idée d’engager Kathy  pour doubler la voix de Lina et de transformer The Dueling Cavalier en comédie musicale intitulée The Dancing Cavalier.  Lina découvre l’idylle entre Don et Kathy  et, furieuse, exige qu’à l’avenir Kathy continue de jouer les doublures et demeure pour toujours dans l’anonymat. Cette idée révolte Simpson, mais il n’a d’autre choix que d’accepter, tout comme Kathy, liée au studio par contrat. La première de The Dancing Cavalier sera un triomphe. Le public conquis réclame une chanson de Lina. Don et Cosmo décident d’improviser : ils proposent à Lina de chanter en playback pendant que Kathy, dissimulée derrière le rideau, créé l’illusion enchantant en simultané dans un second micro….

images images (1) téléchargement (3)

C’est un enchantement de tous les instants. La mise en scène de Robert Carsten est d’une intelligence rare. En fait on met un petit moment avant de le remarquer, mais tout est en noir et blanc, les décors, les costumes, même certains éclairages. Et la couleur n’apparaît en fait qu’à la toute fin du spectacle, et alors on nage dans l’or et le jaune, sauf pour la reprise toute en couleurs de la chanson titre. Ce musical est(-il un classique? En fait non. C’est l’adaptation toute récente du film, avec l’accord de la MGM qui distribuait le film dans les années 50. Si tout le monde connaît une des nombreuses adaptations de la chanson Singin’ in the rain ( dont la version disco de Sheila ), il y a d’autres airs connus comme Good Morning ou encore Make ’em laugh, et on se surprend à fredonner avec les comédiens sur scène. Autre excellente surprise, l’orchestre est dans la fosse, et non pas en bande enregistrée. C’est dire tout le soin apporté à cette production grandiose.

3124669-671498-jpg_2762667 téléchargement téléchargement (2)

Si je dis que ce n’est pas un classique dans le sens des productions comme My Fair Lady, The sound of music -La mélodie du bonheur, ou West Side Story, il y a de fortes chances que cette version de Robert Carsten le devienne, vu les bravos . Vu que la production est chantée en anglais avec, rassurez-vous, des surtitres français pour les non anglophones, elle pourra être présentée partout dans le monde sans problème majeur. Pourquoi en anglais. Adapter en français le texte et les chansons aurait dénaturé totalement ce musical. Puisque j’en suis aux superlatifs, je dois bien féliciter Jean Luc Choplin pour sa programmation, qui devrait nous offrir un autre musical, Kiss Me Kate, certes moins célèbre, mais grand classique quand même , début 2016.

téléchargement (1) singin002 JV7Z9

Non seulement il est prudent de réserver, mais quasi obligatoire, de nombreuses soirées affichent déjà complet, et le bouche à oreille qui va suivre va vite remplir ce beau théâtre du centre de Paris.

Singin’ in the rain c’est au théâtre du Chatelet, jusqu’au 15 Janvier, du mardi au vendredi à 20h00, samedi 15h00 et 20h00 et dimanche 16h00

Prix des places : selon les jours de 15€ à 119€

Réservations sur : chatelet-theatre.com  ou aux guichets du Chatelet :

du lundi au samedi (sauf jours fériés) 11h à 19h.
Les caisses se situent au 17 avenue Victoria (75001), à droite du Théâtre.

Les dimanches et jours fériés, pour la représentation du jour uniquement, ouverture une heure avant le début de chaque représentation.Lors des représentations, les caisses ferment dès le lever du rideau.

par téléphone : au 01 40 28 28 40, du lundi au samedi (sauf jours fériés) de 10h à 19h.

 

 

 

En neuf soirées – une par mois -,Olivier Barrot va évoquer un demi-siècle de grandes et petites scènes, depuis les années trente jusqu’à la mort de Coluche en 1986. Avec les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel, il va projeter chansons, sketchs, séquences de télévision, tout ce qui permet de revivre la grande histoire du Music-Hall.

LA GRANDE HISTOIRE DU MUSIC-HALL FRANCAIS (Théâtre Rive Gauche-Paris 14ème) - par Olivier BARROT

Raconter l’Histoire du Music Hall, c’est raconter bien plus que celle d’un rideau rouge : c’est raconter la France, son esprit, ses questions, son insolence. Fort heureusement, il est bien loin
le temps ou l’on méprisait les arts populaires. Aujourd’hui on sait qu’il s’agit bien d’ « art » – trousser une chanson inoubliable et l’interpréter d’une façon fulgurante n’est pas à la portée de n’importe qui – et surtout que « populaire » indique une fusion exceptionnelle entre le public et l’artiste. Sur la scène du Music Hall français – scène riche, brillante -, n’apparaissent pas que des talents : on y a posé un miroir où le pays se regarde, pleure ses malheurs et rit de ses travers.
En fait, cette histoire du Music Hall sera une histoire de la France. On rencontrera l’amour sous toutes ses formes, du grivois au vénal en passant par le romantique ou l’interdit. On y verra des héros qui n’ont pas toujours un physique parfait mais de l’humour ou de l’audace. On y applaudira de grandes dames – parfois toutes petites, comme Edith Piaf -, grandes dames qui ne sont pas celles du Faubourg Saint-Honoré mais plutôt celles des pavés de la Butte, de Saint-Germain, et qui racontent un autre destin de la femme. On y admirera des personnalités plus ambiguës que prévu, témoignant, selon le moment, que les moeurs se relâchent ou se tendent. On y comprendra comment on bouscule les politiques et l’on dénonce les privilèges. On découvrira comment on regarde l’étranger à travers la chanson coloniale, le jazz ou la vedette à accent. Grâce à l’érudition lumineuse d’Olivier Barrot et aux trésors que l’Institut National de l’Audiovisuel met à votre disposition, vous passerez plusieurs soirées à découvrir ou retrouver des morceaux d’anthologie qui ont enthousiasmé les foules pendant des décennies. Au-delà de la nostalgie ou du plaisir pur, c’est une façon intelligente, sensible et originale de parcourir le siècle. ( Eric Emmanuel Schmitt)

C’est donc un dimanche par mois à 17h00 que vous pourrez revivre ces grandes heures. Voilà le planning des prochaines représentations conçues et dirigées par Olivier Barrot :

22/11/2015 : les grandes dames
20/12/2015 : les poètes
17/01/2016 : les années folles
21/02/2016 : les chanteurs de charme
20/03/2016 : les groupes vocaux
17/04/2016 : le yé-yé
15/05/2016 : le comique troupier
19/06/2016 : l’opérette marseillaise

Large choix, qui vous montrera que la chanson, ce n’est pas seulement la nouvelle star ou The Voice.

Tarif : 20€ (groupes : 15€)

réservations : 01 43 35 32 31
www.theatre-rive-gauche.com

Théâtre Rive Gauche
6 rue de la Gaîté 75014 Paris / M° Edgar Quinet ou Gaîté

J’ai par ailleurs trouvé, juste pour information, un récapitulatif des meilleurs vendeurs de disques en France . Je ne sais pas si c’est juste, mais bon, vous en jugerez par vous même, on ne dit pas si les CD sont inclus, mais cela donne un ordre d’idée. On voit que la variété française , tant décriée par certains est en bonne place avec dans les 5 premiers: Michel Sardou, Claude François, Sheila, et d’autres artistes populaires ensuite, comme Sylvie Vartan, Mireille Mathieu, Dalida, Joe Dassin, Nana Mouskouri, Frédéric François ou Céline Dion, et bien entendu les grands noms: Jean-Jacques Goldman, Charles Aznavour ou Hallyday

12065940_10153438265216107_5875496700655230480_n

Rating:

Le plus célèbre des photographes, celui qui a tout connu des années 60 nous raconte ses rencontres.

onsortoupas030

De son père François Périer, et de son géniteur qu’il ne nommera jamais sur scène, mais que tout le monde connaît, de ses premières photos avec les plus grands jazzmen des années 50 et 60 comme Miles Davis, Ray Charles, Dizzie Gillespie, Ella Fitzgerald,  de sa rencontre avec Daniel Filippachi , Jean-Marier Périer nous fait revivre ces années 60 avec les plus grandes stars, Hallyday et Claude François, et l’amitié qui les liait, ou encore du grand amour de sa vie, Françoise Hardy, de Sylvie Vartan, sans oublier Jacques Dutronc ou Eddy Mitchell et les stars d’Outre Manche comme les Beatles ou les Stones avec Mick Jagger. Il ne parle pas de tous ceux qui ont marqué ces décennies 60 et 70, mais nous montre des années de photos, avec aussi les deux plus grandes stars du cinéma Français, comme Brigitte Bardot ou Alain Delon.

IMG_0420 IMG_0423 IMG_0434 IMG_0437 IMG_0439 IMG_0448 IMG_0455

Il nous raconte des voyages, des anecdotes avec certains artistes, des rencontres improbables avec d’autres, et en deux heures, ceux qui l’ont rejoint dans cette causerie à bâtons rompus, sont sous le charme. On pourrait rester des heures durant à l’écouter. Vous me rétorquerez que tout cela est bien nostalgique, et que les jeunes ne sont pas intéressés. Alors expliquez moi pourquoi Hallyday fait encore de la scène, tout comme Vartan, pourquoi Claude François vend encore des milliers de disques prés de 40 ans après sa disparition, pourquoi les Beatles ont tellement marqué la musique et pourquoi les Stones font encore des concerts dans des stades pleins à craquer? Si ces gens là n’avaient pas marqué leur époque d’une manière ou d’une autre, comment se fait-il que hier soir la salle était pleine, que le nom de Jean-Marie Périer évoque immédiatement certaines photos, certains magazines comme Salut Les Copains?

IMG_0457 IMG_0454 IMG_0445 IMG_0443 IMG_0442 IMG_0440 IMG_0433 IMG_0429 IMG_0425

Si vous voulez comprendre les ‘pourquoi’, les ‘comment’, n’hésitez pas et venez écouter Jean-Marie Périer sur scène…et vous aurez certainement des réponses

Toutes les photos des artistes sont de Jean-Marie Périer…..et celles de ce grand Monsieur de la photo devant les photos projetées sont réalisées par onsortoupas.fr 

Jean Marie Périer sur scène, Flashback, c’est les lundi 19 et 26 octobre ainsi que le 2 novembre à 20h30

Places 20 et 30 €

location: 01 47 42 95 22  et sur le site : www.michodiere.com

Rating:

Un texte qui a 50 ans, créé en 1964 par Sophie Desmarets et Jean Poiret,qui revient sur la scène du Théâtre Antoine pour une série limitée de représentations.

onsortoupas029

De mensonge en mensonge….La pièce débute lorsqu’un jeune et beau voisin ( Wallerand Denormandie) sent une odeur de gaz venant de chez sa voisine Antonia (Mathilde Bisson) , qui a raté son suicide . Tout cela par la faute à Julien. Julien Desforges (Michel Fau) qui va demander à Antonia si elle veut l’épouser, mais vu qu’ il lui avait auparavant affirmé qu’il était marié et qu’il avait trois enfants, il devoir jongler avec son mensonge. Pour résoudre le problème, Julien fait croire à Antonia qu’il va divorcer, mais la jeune femme veut absolument connaître Mme Desforges (qui en fait n’existe pas) pour s’assurer qu’elle supportera cette rupture et que les enfants (qui n’existent pas plus) iront bien. La situation est délicate pour Julien qui bien évidemment n’a jamais eu de femme. La seule personne qui puisse alors l’aider se trouve être son assistante, Stéphane (Catherine Frot), avec qui il entretient des rapports strictement professionnels. Cette dernière, vieille fille et secrètement amoureuse du docteur Desforges sans jamais avoir pu se l’avouer, finira par accepter le rôle de Mme Desforges auprès d’Antonia. Avec les conséquences auxquelles on ne s’attend pas vraiment, surtout que d’autres mensonges vont nourrir l’intrigue.

_MG_3930 _MG_4698 _MG_4090

Je ne suis pas assez âgé pour avoir vu la création, mais je me souviens de l’avoir vu en 1987 au théâtre des Champs Elysées toujours avec Sophie Desmarets et Jacques Rosny, et je dois avouer que cette version 2015 est vraiment un grand moment de théâtre, qui repose sur les épaules de Catherine Frot qui est totalement époustouflante. La mise en scène nous ramène dans les années 60, datées par des pochettes de disques de Sheila, Aznavour, Dalida, Mireille Mathieu de ces années là et même des chansons de ces années  60. Les changements de décors sont rapides, ce qui rythme la pièce comme de nos jours. Autre retour dans le passé, c’est le brigadier qui frappe les 3 coups et surtout les saluts avec le rideau qui se lève et se rabaisse comme cela se faisait encore il y a quelques années. Michel Fau est un excellent metteur en scène , qui a su diriger des opérettes comme Ciboulette (voir article sur le site :http://www.onsortoupas.fr/ciboulette-encore-un-spectacle-de-haute-volee-a-lopera-comique-loperette-est-bien-vivante/)  à l’Opéra Comique, des Opéras, des films et du théâtre. Bref un homme qui sait tout faire dans son domaine et qui montre une fois encore, ici, l’étendue de son talent. Outre les comédiens cités, vous retrouverez aussi: Cyrille Eldin,  Marie-Hélène Lentini, Frédéric Imberty et Audrey Langle, qui méritent tous qu’on parle d’eux, qui en font certes des tonnes, mais on ne songerait pas à s’en plaindre.

L1008874 L1008891

Le public ne  s’y trompe pas. La salle du théâtre Antoine était pleine à craquer le soir où j’ai vu cette pièce. C’est un triomphe que la salle lui a fait, triomphe amplement mérité pour son rôle d’assistante dentaire dans la pièce écrite par Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy plus connus sous le nom de Barillet et Grédy. Ne manquez pas cette occasion de rire avec ce côté rétro qui ajoute un petit piment au texte.

IMG_0417 IMG_0414 IMG_0413 IMG_0404

toutes les photos : @MARCEL HARTMANN                   sauf les saluts ci-dessus : @guy courtheoux/onsortoupas.fr

FLEUR DE CACTUS, c’est au théâtre Antoine, du mardi au samedi à 21h00, matinées samedi et dimanche à 16h00 jusqu’au 21 Février 2016

durée du spectacle : environ 2 heures

tarifs  : de 22 à 69 €

Réservations au 01 42 08 77 71 ou sur le site : http://www.theatre-antoine.com/fleur-de-cactus