Pathé Beaugrenelle

All posts tagged Pathé Beaugrenelle

Rating:

Après la série au succès énorme d’Harry Potter, l’auteure J.K. Rowlings a tellement apprécié qu’elle s’est intéressé au cinéma avec des prequels comme Les Animaux Fantastiques, il y a 2 ans. Voici donc un second volet :

 

À la fin du premier opus, le redoutable mage noir Gellert Grindelwald (Johnny Depp) fut capturé par le MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d’Amérique) grâce à Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne). Mais comme il l’avait laissé entendre, Grindelwald a réussi à échapper à la vigilance de ses gardiens et va réunir ses disciples qui ne se doutent nullement de sa véritable ambition : fédérer des sorciers de sang pur afin de régner sur l’ensemble des Non-Maj… Afin de contrecarrer les noirs desseins de Grindelwald, Albus Dumbledore (Jude Law) fait appel à son ancien élève Norbert, qui accepte de l’aider sans avoir la moindre idée des dangers qui le guettent.

Si le premier opus nous montrait force animaux imaginaires, qu’on aurait bien vu comme des animaux dans notre poche, ou à notre domicile, ce second, en offre moins. Le scénario est plus poussé, plus adulte, et on ne peut relâcher notre attention à aucun moment sous peine de perdre le fil de ce film. On retrouve la majorité des personnages du 1er épisode: Norbert Dragonneau et Gellert Grindelwald en tête, mais aussi Jacob (Dan Fogler),Tina Goldstein ( Katherine Waterston), Sweenie Goldstein (Alison Sudol), Croyance (Ezra Miller) mais aussi des personnages que l’on avait connu dans Harry Potter, mais ici ils sont beaucoup plus jeunes, tel Albus Dumbledore (Jude Law) ou Leta Lestrange (Zoe Kravitz). En revanche pas de changement du côté de la réalisation : David Yates, après avoir tenu les manettes des 4 derniers épisodes cinéma d’Harry Potter, avait déjà mis en scène le premier épisode des Animaux Fantastiques. Il a l’art de dominer les effets spéciaux, qui possèdent toutes les qualités, dont l’humour ou l’art d’effrayer, mais ces effets spéciaux sont de toute beauté et font que l’on croit vraiment aux personnages sur l’écran. Il faut bien du talent, que ce soit côté auteur et réalisateur, tout autant que pour les comédiens pour tenir les spectateurs en haleine pendant 2 heures 15, et c’est réussi.

 

TOUTES LES PHOTOS / @WARNER BROS. TOUS DROITS RESERVES

Au risque d’être redondant, ce genre de film mérite ce qui se fait de mieux, donc une grande salle, un écran géant, la 3D ou le top du top, comme la salle 2 du Pathé Beaugrenelle, en 4DX. Certes dans cette salle vous êtes entouré par les images du film sur les côtés, et vous avez des suppléments à acquitter. Vous avez les salles Imax qui ont des écrans géants, d’autres avec la 3D, bref tout un choix pour voir toute cela dans les meilleures conditions.

Le film annonce :

 

Rating:

Le bonheur sur grand écran ça existe et ça s’appelle en ce moment : BOHEMIAN RHAPSODY

BOHEMIAN RHAPSODY retrace le destin extraordinaire du groupe Queen et surtout  de leur chanteur emblématique, Freddie Mercury, qui a défié les stéréotypes, brisé les conventions et révolutionné la musique. Du succès fulgurant de Freddie Mercury à ses excès, risquant la quasi-implosion du groupe, jusqu’à son retour triomphal sur scène lors du concert Live Aid, alors qu’il était frappé par la maladie,  vous allez découvrir   la vie exceptionnelle d’un homme qui continue d’inspirer les outsiders, les rêveurs et plus particulièrement ceux qui  aiment la musique. On le voit dans sa famille, dans sa vie de tous les jours avant sa rencontre en tant que ‘fan’ d’un groupe d’illustres inconnus qui se produisent dans des salles d’étudiants, la rencontre avec un producteur, une maison de disques, et toutes les folies que cela engendre. On découvre un personnage attachant dans sa folie, et dans ses excés.

: Gwilym Lee (Brian May), Ben Hardy (Roger Taylor), Rami Malek (Freddie Mercury), and Joe Mazzello (John Deacon)  BOHEMIAN RHAPSODY. Photo Credit: Courtesy Twentieth Century Fox.

Rami Malek (Freddie Mercury) and Gwilym Lee (Brian May) BOHEMIAN RHAPSODY. Photo Credit: Alex Bailey.

Au départ, on nous montre Freddie Mercury hétéro, avec une petite amie, même si on connaît la suite, effleurée tout d’abord et ensuite exprimée clairement, le Sida n’est pas qu’évoqué, on vit les moments où il apprend qu’il est atteint de la maladie, et merci au réalisateur qui ne nous montre pas les affres de la fin, ce qui aurait été un peu hors sujet du film. Le film est signé Bryan Singer qui réunit  Rami Malek ,Lucy Boynton, Gwilym Lee , Ben Hardy , Joe Mazzello,  Aidan Gillen, Tom Hollander et  Mike Myers. Un rôle certainement très difficile pour Rami Malek, qui a dû apprendre à être le chanteur célèbre pour ses frasques. 25 ans après le décès de cet être emblématique, on s’aperçoit que ses airs n’ont pas pris une ride, qu’on fredonne, qu’on tape des pieds dans la salle, et que personnellement lors du concert  de Live Aid, j’ai pleuré….de bonheur, j’avais la chair de poule. Je vivais ce concert auquel je n’avais, bien entendu,  pas assisté. Mais on vibre quasiment sur tous les titres. C’est Freddie Mercury vivant pour chaque spectateur. Et c’est la grande magie du cinéma. Brian May et Roger Taylor ont d’ailleurs activement travaillé sur le film.

_

Rami Malek « BOHEMIAN RHAPSODY. »

Franchement ce Bohemian Rhapsody est un chef d’oeuvre qui se doit de rencontrer son public: ceux qui aiment la musique, ceux qui aiment le cinéma, ceux qui ont rêvé d’approcher le groupe Queen, ceux qui peuvent chanter  Radio Gaga, We are the champion, ou We will rock you…bref la majorité de ceux que je connais et que vous connaissez. Une fois de plus choisissez une salle très grande, avec un son exceptionnel, comme Le Pathé Beaugrenelle, ou l’UGC Normandie, Pathé quai d’Ivry ou Pathé La Villette. Le son en Dolby Atmos est un must, l’image en Imax aussi.

Rami Malek « BOHEMIAN RHAPSODY. »

les bande annonce :

 

 

Rating:

Quand un grand réalisateur français joue la carte WESTERN, manière américaine, cela donne un grand film!

Le roman de Patrick De Witt a donné de l’inspiration à Jacques Audiard, qui a co-écrit le scénario avec Thomas Bidegain, pour mettre en scène  LES FRÈRES SISTERS.  Eli Sisters (John C. Reilly) le frère aîné, et Charlie (Joaquin Phoenix) sont des tueurs à gage dans l’Amérique du temps des chercheurs d’Or. Le Commodore, personnage peu reluisant, les envoie à la poursuite d’Hermann Kermit Warm (Riz Ahmed) que John Morris (Jake Gyllenhaal) est chargé de retrouver. Pourquoi doivent-ils les suivre à la trace? Sombre histoire que vous comprendrez en allant voir ce film, parce que vous devez le voir! Les 2 frères , bien bavards, dont un très porté sur la boisson (Charlie) vont parcourir du terrain entre l’Oregon et la Californie, avec nombre de rencontres, avant de retrouver l’homme qu’ils recherchent pour lui soutirer un secret, et John Morris  déja envoyé par le Commodore, qui a déjà fait la connaissance de Warm. Pour en savoir plus, rendez-vous dans un bon cinéma, avec un grand écran (genre la salle 10 du Pathé Beaugrenelle), vous ne le regretterez pas.

Riz Ahmed, Jake Gyllenhaal

On pourrait penser que le film est un road western, ce n’est pas vraiment le cas. Le réalisateur ne s’est pas attardé à nous montrer force paysages comme on en a l’habitude dans les westerns. Il s’est surtout attardé à la psychologie des personnages, sans nous en mettre une bonne couche qui aurait alors pu nous ennuyer. Tout cela pour vous dire qu’on est cloué à notre siège, qu’on vit les aventures de ces 4 personnages, et surtout qu’on se demande comment cela va se terminer lorsqu’ils seront tous les 4 face à face. Bain de sang? complicité? meurtre? vengeance? Ne comptez pas sur moi pour vous le dévoiler. Tous les acteurs sont excellents, et John C Reilly que beaucoup connaissaient sans savoir son nom  a enfin acquis la notoriété à laquelle il a droit. Je l’avais adoré dans Chicago de Rob Marshall où il avait l’occasion de donner de la voix  en interprétant ‘Mister Cellophane’ et je le revois toujours avec grand plaisir sur les écrans.

Deux heures de grand cinéma, qui ne nous montre pas le grand Ouest américain, vu que la majeure partie du film a été réalisé en Espagne et en Roumanie, mais si on ne vous l’a pas dit, vous penserez certainement qu’il s’agit de ce qu’on a maintes fois vus dans des westerns ou films se situant là bas à la même époque.

Jacques Audiard nous prouve, une fois encore, qu’il est un des plus grands cinéastes français, si ce n’est le plus grand.

Dois-je le répéter? Précipitez-vous vers le cinéma le plus proche, et régalez-vous pendant près de 2 heures!

Joaquin Phoenix, John C Reilly

Riz Ahmed

 

Le film annonce :

 

Rating:

Sixième volet des aventures d’Ethan Hunt sur les écrans, certainement le meilleur à ce jour, et ce n’est pas peu dire.

Une fois encore Tom Cruise endosse plusieurs brassards pour ces aventures tirées d’une série télé ultra populaire. Producteur et acteur, certes, mais il a son mot à dire sur le scénario et il a choisi le réalisateur de ce 6ème volet, Christopher McQuarrie, qui en assume aussi le scénario et qui travaille donc sur son second MISSION IMPOSSIBLE.

Vanessa Kirby, Henry Cavill & Tom Cruise : MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT, Paramount Pictures & Skydance.

Henry Cavill & Angela Bassett: MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT

Henry Cavill , Tom Cruise , Frederick Schmidt , Vanessa Kirby

Tom Cruise / Ethan Hunt & Henry Cavill / August Walker dans MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT ( Paramount Pictures & Skydance).

On retrouve ici tous les ingrédients qui ont fait le succés des films précédents. L’équipe IMF avec pour ces aventures : Luher Stickell (Ving Rhames), Benji Dunn (Simon Pegg) et on retrouve aussi Alec Balwin qui reprend le rôle de l’ancien directeur de la CIA.   Les rôles féminins sont légion, entre Angela Basset , directrice de la CIA qui veut mettre des bâtons dans les roues d’Ethan Hunt, en lui adjoignant Walker (Henry Cavill) mais aussi : Michele Monaghan, Rebecca Ferguson et Vanessa Kirby.  Sans oublier le super méchant: Solomon Lane (Sean Harris).

Tom Cruise/ Mission: Impossible – Fallout

Et si Tom Cruise est la star, Paris offre le décor de très belles courses poursuites et cascades: La Tour Eiffel, La place de l’Etoile, l’Arc de Triomphe, les parisiens ne manqueront pas de noter tous les lieux qu’ils connaissent bien et tout particulièrement l’Avenue de l’Opéra. C’est un régal dans tous les sens du terme. Mais il n’y a pas que Paris: Londres est aussi concerné, et d’autres scènes ont été tournées de par le monde, comme en Nouvelle Zélande. Bref il y a dans ce film tout ce qui a fait le succès des Bond, mais je dirai en mieux! Tom Cruise fait la majorité de ses cascades lui-même, et c’est totalement époustouflant.

Simon Pegg ( Benji Dunn ) & Ving Rhames (Luther Stickell) : MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT

Voilà le film qui a tout pour plaire. Le blockbuster de l’été. Je l’ai vu avec le public, j’ai entendu et vu leurs réactions dans une grande salle (Pathé Beaugrenelle)  en VOST 3D et je n’ai qu’une envie: de le revoir dans la salle en 4D et Screen X, où on est plongé, immergé dans le film, avec l’écran qui vous entoure, les sièges qui bougent en fonction de l’action, et bien d’autres surprises qui vous laisseront sans voix.

MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT

Bref Mission Impossible :  Fallout : MISSION RÉUSSIE  au delà de nos espérances.

la bande annonce :

 

 

Rating:

Retour du super héros qui peut changer de taille à volonté!

Après les événements survenus dans CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR, Scott Lang a bien du mal à concilier sa vie de super-héros et ses responsabilités de père. Mais ses réflexions sur les conséquences de ses choix tournent court lorsque Hope van Dyne et le Dr Hank Pym lui confient une nouvelle mission urgente… Scott va devoir renfiler son costume et apprendre à se battre aux côtés de la Guêpe afin de faire toute la lumière sur des secrets enfouis de longue date…

Wasp/Hope van Dyne (Evangeline Lilly) & Ant-Man/Scott Lang (Paul Rudd)

Le deuxième volet des aventures du super-héros à taille variable des studios Marvel, marque les débuts sur grand écran de son alliée tant attendue : la Guêpe.
Le docteur Hank Pym, brillant scientifique, et son alter ego Ant-Man sont apparus pour la première fois dans les comics Marvel en 1962 . Le personnage s’est ensuite illustré aux côtés des Avengers dans le premier numéro d’Avengers en 1963. Hank Pym a intégré le cercle très fermé des super-héros Marvel après avoir découvert une substance chimique  qui lui permet de changer de taille tout en décuplant sa force. La Guêpe, membre fondateur et première super-héroïne des Avengers aux côtés d’Ant-Man, est quant à elle apparue pour la première fois  en 1963.
Avec le film ANT-MAN, sorti en 2015, les studios Marvel ont fait découvrir un nouveau super-héros au public. Le Dr Hank Pym y choisissait Scott Lang, un sympathique cambrioleur, pour lui succéder dans le costume d’Ant-Man et réveiller le héros qui sommeillait en lui. Le film mettait également en scène la fille du scientifique, Hope van Dyne, qui s’apprêtait à devenir la Guêpe. Ce film de casse, déjà réalisé par Peyton Reed, s’était placé en tête du box-office dès sa sortie.

La guêpe/Hope van Dyne (Evangeline Lilly)& Hank Pym (Michael Douglas)

Hank Pym (Michael Douglas) ..Photo: Ben Rothstein

Photo: Ben Rothstein

Ghost (Hannah John-Kamen)..Photo: Ben Rothstein..©Marvel Studios 2018

Le réalisateur, Peyton Reed s’est entouré de quelques scénaristes pour ce second opus : Chris McKenna, Erik Sommers, Andrew Barrer, Gabriel Ferrari et Paul Rudd qui est aussi le super héros à l’écran. Autour de lui quelques comédiens chevronnés : Michael Douglas, Michelle Pfeiffer, Lawrence Fishburne, Michael Pena, et surtout la Guêpe : Evangeline Lilly.

Cassie Lang (Abby Ryder Fortson) & Ant-Man/Scott Lang (Paul Rudd) ..Photo: Ben Rothstein..©Marvel Studios 2018

Jimmy Woo (Randall Park) ..Photo: Ben Rothstein..©Marvel Studios 2018

Cassie Lang (Abby Ryder Fortson)..Photo: Ben Rothstein..©Marvel Studios 2018

Pas de doute, en 2 heures de film, les studios Disney/Marvel vous ont concocté une douceur en forme de blockbuster d’été. Quand j’écris douceur, je suis loin de ce qui se déroule. Action, courses poursuites incroyables, les héros qui rapetissent ou deviennent gigantesques, des décors de toute beauté ( en dehors de ceux de San Francisco que l’on reconnait bien,) des décors de science fiction où on fait un voyage vers l’infini et au delà ( tiens, ça me rappelle quelque choses!)

Bref 2 heures de spectacle réjouissant, le film parfait pour l’été!

Des cinémas Pathé-Gaumont se lancent  dans le ScreenX. Les salles de cinéma ne cessent de faire évoluer leurs technologies . L’année dernière Pathé et Gaumont ont introduit pour la première fois en France la 4DX. Une salle de cinéma où votre siège bouge en fonction de l’action, avec des odeurs , des lumières ou encore des projections d’eau synchronisées avec le film. Le succès  a poussé les cinémas Pathé – Gaumont à investir dans une nouvelle technologie, inédite en  Europe, le ScreenX.  Rendez-vous au Pathé Beaugrenelle pour goûter à cette expérience unique avec Ant Man ( petit supplément de prix à prévoir!)

Rating:

On remonte le temps et on va découvrir les premiers exploits de Han Solo et sa rencontre avec Chewbacca.

Si on devait remettre dans l’ordre les différents épisodes tournés de la saga à ce jour, celui-ci arriverait avant l’épisode IV ( le premier, tourné en 1977) vu qu’il nous présente le personnage de Han Solo, que tout le monde connaît sous les traits d’Harrison Ford. Cette fois il est jeune, fougueux, il a les traits d’un acteur encore peu connu :  Alden Ehrenreich. Il est très amoureux de Qi’Ra (Emilia Clarke), et va se retrouver aux côtés de Beckett, un trafiquant (Woody Harrelson) et de Lando Calrissian (Donald Glover) qui est un joueur plus que tricheur…Les autres rôles, dont celui du méchant Dryden Vos ( Paul Bettany) n’ont rien à envier aux 2 héros: Han Solo et Chewbacca, particulièrement : Val (Sandie Newton).

Donald Glover / Lando Calrissian

Alden Ehrenreich / Han Solo

Alden Ehrenreich / Han Solo & Joonas Suotamo / Chewbacca

Woody Harrelson / Beckett & Alden Ehrenreich / Han Solo

Joonas Suotamo  Chewbacca

.

Donald Glover  / Lando Calrissian

Le scénario a été coécrit par Lawrence Kasdan ( déjà scénariste sur L’EMPIRE CONTRE ATTAQUE et LE RETOUR DU JEDI ) qui a co-écrit ce Solo avec son fils Jonathan. Rien ne manque dans ce film de Ron Howard. L’humour, le suspense sont de mise, avec des scènes catastrophes comme la poursuite avec un train au début du film. Il y a juste un détail qui diffère toutefois, fini le déroulant au début du film avec la musique ultra célèbre de John Williams. On reconnaîtra de ci delà les notes célèbres, mais la partition est cette fois signée John Powell.

Paul Bettany / Dryden Vos

Emilia Clarke / QiRâ

Phoebe Waller-Bridge  / L3-37

The Millenium Falcon

.

Inutile de dire que les décors sont à tomber, que le scénario est béton et que l’on ne s’y ennuie pas un seul moment. Je dirai même que j’y ai pris autant de plaisir qu’à la découverte du premier film. Quant aux effets spéciaux, on sait bien qu’ils ne peuvent pas être ratés, et on en prend plein les yeux, sans que l’on s’en rende vraiment compte. C’est un plaisir de 2h17 que je ne voudrai certainement pas bouder! Privilégiez les version IMAX ou 3D, par exemple une des meilleures salles de Paris: la salle 10 du Pathé Beaugrenelle  avec le son Dolby Atmos

le film annonce :

 

 

 

Rating:

Un blockbuster qui devrait satisfaire les plus difficiles

Des centaines de milliers de soldats anglais et alliés sont encerclés par les forces ennemies. Ils sont bientôt pris en étau entre la mer et les Allemands… L’histoire se déroule sur terre, en mer et dans les airs. Des avions Spitfire de la Royal Air Force prennent en chasse l’ennemi, tendant de protéger les hommes sans défense, coincés sur la plage. Entre temps, des centaines de petites embarcations pilotées par des civils et des militaires cherchent à rejoindre Dunkerque pour sauver les soldats. Une opération à haut risque et une véritable course contre la montre…

C’est certes un film de guerre, mais tellement différent de tout ce qu’on a pu voir jusqu’à ce jour. Au point que jamais on ne voit le visage des ennemis. Il y a plusieurs histoires imbriquées les unes dans les autres, et les stars, ou les noms les plus connus ne sont que des acteurs parmi les autres. Le casting est pourtant  beau : Kenneth Branagh, Tom Hardy se retrouvent avec de jeunes comédiens fantastiques comme Fionn Whitehead, Tom Glynn-Carney, Jack Lowden, Harry Styles, Aneurin Barnard parmi beaucoup d’autres. Ne cherchez pas non plus de présence féminine. Il s’agit de soldats dans les années 40, donc que des hommes jeunes ou moins jeunes!

Tourné en décors naturels, en France  notamment, ce Dunkerque s’inscrit de suite dans la lignée des grands films, , et son réalisateur, Christopher Nolan, nous offre une oeuvre bouleversante, superbement réalisée et pourtant loin des films qui ont fait son succès comme Inception, Interstellar, The Dark Night. Aucun temps mort on oscille constamment entre ce qui se passe sur la mer ( les moments les plus forts), sur terre ou dans les airs. Aucun temps mort, en 96 minutes , on est happé par l’écran, et il est certain qu’on n’a aucune envie de sortir de la salle.

La musique, signée Hans Zimmer est omniprésente, qui sait donner l’accent sur ce qu’on voit sur l’écran. J’ai vu le film dans une des plus belles salles de Paris, le Pathé Beaugrenelle, et bien que cette salle ne projette pas le film en 70mm ou en Imax, le son Dolby Atmos et l’écran géant sont des atouts impressionnants pour ce film.

le film annonce :