Victor Hugo

All posts tagged Victor Hugo

Rating:

Quelle mauvaise surprise! J’avais entendu quelques chroniques plutôt positives sur ce film signé Ladj Ly. Je ne suis pas d’accord avec ces chroniqueurs, pas du tout d’accord!

On se retrouve en banlieue, celle du côté chaud, à Montfermeil, dans les cités, où tous les ados que l’on voit à l’écran sont présentés, à un moment ou à un autre, comme des délinquants. Une brigade de police du BAC, toujours sur le terrain, accueille un nouveau venu, originaire de Cherbourg où il va rejoindre l’équipe de jour: Chris, le chef et Gwada. On ne peut pas dire que le quartier est calme, il y a des clans, des bandes et même un cirque avec des animaux, dont le proprio s’est fait voler un lionceau. Le personnage le moins antipathique de tout le casting, possède un drône, qu’il utilise surtout pour jouer les voyeurs, quand les filles des HLM se changent. Mais il y a une bavure lors d’une arrestation, et à partir de ce moment là, la violence va monter graduellement, vu que le dône aura filmé les faits. Et c’est là que je dis non. Je veux bien que tout le monde soit antipathique, je veux bien comprendre que dans ces banlieus la violence se vit au quotidien, mais pourquoi nous infliger une fois de plus cette violence, tant en paroles qu’en gestes et rebellion. On ne prend partie pour aucun des personnages, tant la caricature nous semble indigeste. En fait on sort de ce film avec un vrai malaise, une envie de vômir.

Franchement, je ne peux pas cautionner ce type de film. je ne parle pas des acteurs, Damien Bonnard, Alexis Manenti, Djebril Didier Zonga, Issa Perica, Al-Hassan Ly, Steve Tientcheu ni de la réalisation de Ladj Ly, mais du sujet, et de la manière dont il est traité. Pourtant, ce matin, en salles, il y avait bien du monde, même si certains se sont pressés vers la sortie avant que le film ne soit fini. Quant à moi, je me sentais vraiment trop mal, et on ne peut pas m’accuser de racisme, je voyais les images défiler et plus le film avançait plus je me sentais mal à l’aise, avec l’envie, moi aussi de quitter la salle.

Quoi qu’en dise le cinéaste, je n’arrive pas à trouver de lien avec le roman de Victor Hugo, mais peut-être n’ai je rien compris, et si c’est le cas je m’en vois contrit.

la bande annonce :

Rating:

La carrière des Misérables se poursuit avec une série de représentations en France, version concert, en français!

Incroyable! Ecrit en 1862, le chef d’oeuvre littéraire de Victor Hugo ne cesse d’attirer les foules. L’histoire de cette comédie musicale est bien longue. En 1981 Robert Hossein s’associe à Claude -Michel Schönberg et Alain Boublil pour  une création au Palais des Sports à Paris, qui a été légèrement remaniée pour devenir un des plus grands succès du musical. Après que Cameron MacIntosh ait acquis les droits de par le monde, que « Les Miz » fut créé à Londres et à Broadway, le succès ne s’est jamais démenti. Les Miz s’est joué dans plus de 44 pays, et ce n’est pas fini, attirant plus de 170 millions de spectateurs. D’ailleurs le spectacle est toujours à l’affiche à Londres depuis 30 ans. En France la comédie musicale est revenue sur scène en français en Mogador il y a 25 ans et il y a quelques années en version tournée en anglais au théâtre du Chatelet. Le cinéma s’est emparé plusieurs fois de cette histoire, la dernière version en date étant la version musicale avec Hugh Jackman, Russell Crowe, Anne Hathaway, Amanda Siyfried, Eddie Redmayne, Helena Boham Carter et Sacha Baron Cohen sous la houlette de Tom Hooper, d’autres auparavant ayant été signés par Claude Lelouch (1994 avec Belmondo et Annie Girardot) ou encore Bille August (1998), Robert Hossein (1982 avec Lino Ventura), Jean-Paul Le Chanois ( 1958 avec Jean Gabin) ou encore la version de 1934 de Raymond Bernard avec Harry Baur. Pour conclure plusieurs versions concerts sont disponibles en Blu Ray, dont celle sublimissime du 25ème anniversaire à Londres.

Le spectacle qui nous est proposé à Paris et dans la tournée en France est une version inédite, c’est le concert, en français avec un récitant qui a l’apparence de Victor Hugo ( Christian Descamp, présent en ouverture de chaque acte), avec un orchestre symphonique:dirigé par Alexandra Cravero : l’orchestre symphonique Victor Hugo (ça ne s’invente pas!). Les chanteurs se donnent à fond, et plus particulièrement dans la deuxième partie, pour le grand bonheur des spectateurs. En voici la distribution : Xavier Mauconduit (Jean Valjean), Pierre Michel Dudan (Javert), Ita Graffin ( superbe Fantine), June Van Den Esch (Cosette adulte), en alternance Anne-Fleur Jacquot et Maxine Toqué (Cosette enfant), Jean Christophe Born (Marius qui donne le ton dans Seul devant ces tables vides), Chritina Koubbi et Ronan Debois (Les Thénardier), Géraldine Jeannot ( elle aussi parfaite dans le rôle d’Eponine), Mikael Roupie (Enjolras) et Pierre Gommé (Gavroche) Sans oublier le reste de la troupe : Anne-Aurore Cochet, Anne-Laure Triebel, Marie Laure Coenjaerts, Sophie Lephay, Pauline-Amy Lena, Géraldine Jeannot, Camille Royer, Valentin Ferrari, Arnaud Masclet, Romain Dayez, Olivier Dejean, Vivien Lacomme, Richard Bousquet, Guillaume Durand, David Faggionato, Emilien Marion, Régis-Olivier Morisse.

Produit par Philippe Barreau ce spectacle attirait nombre de jeunes spectateurs lors de sa première représentation parisienne, ce qui est toujours bon signe. Des très beaux éclairages ajoutent à la magie de ces Misérables.

Les photos ont été réalisées lors d’une présentation exceptionnelle il y a quelques mois dans un théâtre parisien. La vidéo ci dessous est celle du final de la première représentation au Palais des Congrés à Paris.

 

La vidéo et les photos : @Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

voici les dates de la tournée:

 

 

 

Rating:

La comédie musicale d’après l’oeuvre de Victor Hugo  a donné au public français le goût des musicals est de retour à Paris

Notre Dame De Paris, c’est le musical qui a fait découvrir quelques stars actuelles de la chanson, comme Garou, Patrick Fiori ou Hélène Ségara, parmi bien d’autres, comme Daniel Lavoie. Le musical était signé Richard Cocciante et Luc Plamondon, et avait fait les beaux jours du Palais des Congrés en 1999. Il faut dire que nombre de titres furent diffusées en masse sur les ondes, comme BELLE, LE TEMPS DES CATHÉDRALES, VIVRE, LA COUR DES MIRACLES, LES SANS PAPIERS….Revoilà donc ce fameux spectacle, dans la même salle à Paris, qui n’a pas pris une ride, et dont les chanteurs, tous, sans exception, tout au moins ceux que j’ai vus le soir de la première, n’ont rien à envier à leurs aînés au niveau de la voix.

Des décors qui rappellent ceux de la première version et dans lesquels évoluent chanteurs et danseurs. Les danseurs, eux aussi ont gardé la même verve, le même enthousiasme, la même fraîcheur. La mise en scène de Gilles Maheu et les chorégraphies de Martino Müller donnent le ton à ce superbe spectacle. Hiba Tajawi est  Esmeralda, Angelo Del Vecchio Quasimodo, Daniel Lavoie endosse une fois encore le rôle de Frollo, Richard Charest le poète Gringoire, Alyzée Lalande est Fleur de Lys, Martin Giroux Phoebus et Jay Clopin.

CLOPIN interprèté par JAY

QUASIMODO /Angelo DEL VECCHIO

PHOEBUS interprèté par Martin GIROUX

GRINGOIRE interprèté par Richard CHAREST

FROLLO / Daniel LAVOIE

FLEUR-DE-LYS-Alyzée-LALANDE- photo :@-Patrick-CARPENTIER

ESMERALDA / Hiba TAWAJI

Après la série de représentations à Paris, une longue tournée en France est prévue, suivie, espérons le de quelques nouvelles dates à Paris. Voici les dates de la tournée 2017:

 

7 et 8 Avril : Toulouse

14 et 15 Avril : Montpellier

21 et 22 Avril : Nice

28 et 29 Avril : Marseille

5 et 6 Mai : Genève

12 et 13 Mai : Strasbourg

19 et 20 Mai : Nancy

26 et 27 Mai : Dijon

2 et 3 Juin : Orléans

9 et 10 juin : Rennes

16 et 17 Juin : Rouen

23 et 24 Juin : Le Mans

13 et 14 Octobre : Nantes

20 et 21 Octobre : Caen

27 et 28 Octobre : Amiens

3 et 4 Novembre : Lille

17 et 18 Novembre : Epernay

24 et 25 Novembre Lyon

1 et 2 Décembre : Clermont Ferrand

8 et 9 Décembre : Limoges

22 et 23 Décembre : Bordeaux

Si je peux vous donner un conseil ne manquez pas l’opportunité de voir ce spectacle, qui vous en donnera plein les oreilles, mais aussi plein les yeux!

CLOPIN interprèté par JAY

QUASIMODO (en alternance Rodrigue GALIO)

PHOEBUS en alternance Flo CARLI

FLEUR DE LYS (en alternance IDESSE )

ESMERALDA (en alternance Elhaida DANI )

TOUTES LES PHOTOS SAUF MENTION CONTRAIRE : (c) Alessandro DOBICI

 

Rating:

Un nouveau Rigoletto à l’Opéra Bastille dans une mise en scène de Claus Guth ( qui fait ses débuts à l’Opéra de Paris)

ABRIBUS-RIGOLETTO-0102

Le livret de Rigoletto est inspiré du Roi s’amuse de Victor Hugo. Le drame mêle le sublime au grotesque autour du personnage de Triboulet, bouffon du roi, et dénonce à travers le libertinage et la décadence des classes dirigeantes.
Le personnage central du drame de Hugo et de l’opéra de Verdi est inspiré de Nicolas Ferrial (1479-1536) alias Triboulet, qui fut bouffon à la cour du roi de France sous les règnes de Louis XII et de François Ier. Ce dernier le bannira pour s’être moqué d’une courtisane. En 1532, Triboulet deviendra l’un des personnages du Pantagruel de Rabelais.
La pièce de Hugo, comme l’opéra de Verdi, fut victime de la censure : dès le lendemain de sa création, « Le Roi s’amuse » fut interdit tant, sous la Monarchie de Juillet, la critique du pouvoir royal et de la noblesse était sensible. Vingt ans plus tard, à Venise, l’opéra de Verdi devait également passer sous les fourches  de l’Empire austro-hongrois : le compositeur et son librettiste se trouvèrent dans l’obligation de transposer l’action en Italie, à la cour de Mantoue, et de modifier sensiblement l’intrigue ainsi que les noms des personnages. Ainsi Triboulet devint Rigoletto.

Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--1-.jpg-1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--4-.jpg-1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--9-.jpg-1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--10-.jpg-1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--11-.jpg-1600

On connaît bien l’intrigue qui débute lors d’un bal : Le comte Monterone accuse le Duc de Mantoue, grand coureur de jupons, d’avoir déshonoré sa fille. Rigoletto, bouffon bossu du Duc, se moque de lui. Monterone jette alors une solennelle malédiction sur lui ainsi que sur le Duc. Or, c’est au tour de Gilda, fille du bossu, d’être séduite par le Duc. Rigoletto, dont Gilda est le bien le plus précieux, décide donc de se venger et emploie les services d’un tueur à gages. Mais la malédiction est déjà en marche et ne tarde pas à s’accomplir. Rigoletto, dans une suite d’enchaînements malheureux, perdra son enfant adorée.

Claus Guth qui assure le mise en scène de cette nouvelle production, s’attache implacablement à mettre à nu les œuvres qu’il met en scène. Pour cette production, il a imaginé un spectacle traversé de fantômes et de fantasmes, où le spectateur revit la tragédie à travers le regard d’un Rigoletto brisé et socialement déclassé. L’Opéra débute avec une sorte de préambule où un Rigoletto qui a sombré dans une déchéance totale ouvre une boite en carton. La boite contient une robe blanche souillée de sang, et un costume de fou du roi. Et la scène se transforme, et on se retrouve à l’intérieur de cette boite en carton .

Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--12--1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--13-.jpg-1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--19-.jpg-1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--21-.jpg-1600

On aimera ou on détestera cette mise en scène et ces décors, mais personne ne pourra nier la puissance de l’orchestre dirigé avec brio par Nicola Luisotti actuellement puis par  Pier Giorgio Morandi (14 > 30 mai). Dans ce domaine on frise la perfection, tout autant pour les voix: LE DUC DE MANTOUE: actuellement le ténor Michael Fabiano  puis Francesco Demuro (20, 28 avril, 7, 10, 14, 16, 21, 24, 27,30 mai) qui nous a offert le morceau le plus célèbre (La Dona e Mobile) salué par un tonnerre d’applaudissements mérité, qui est vraiment superbe dans le rôle, tout autant que GILDA (soprano) : Olga Peretyatko qui sera remplacée par Irina Lungu  (20, 28 avril, 7, 14, 21, 27, 30 mai). Mais Rigoletto c’est surtout le rôle titre, et Quinn Kelsey (baryton)est vraiment fabuleux, qui sera remplacé par  Franco Vassallo (20, 28 avril, 7, 14, 21, 27, 30 mai). L’ensemble des interprètes ne déméritent pas, même si je ne les cite pas tous.

Personnellement, lorsque je vais à l’Opéra, ce sont surtout les voix et la direction d’orchestre qui m’importent le plus alors autant vous dire que j’étais sur un nuage lorsque j’ai vu cet Opéra. Et je pense que les véritables amoureux de cet art abonderont dans mon sens. Une fois encore il faut saluer la direction de l’Opéra Bastille pour la justesse de ses choix, avec cette nouvelle production de Rigoletto, qui remplace celle vue maintes fois qui avait été créée en 1996 dans une mise en scène de Jérome Savary.

Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--23--1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--26-.jpg-1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--27-.jpg-1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--29--1600

TOUTES LES PHOTOS  @ Monika-Rittershaus

Représentations : durée : environ 2h 35 avec un entracte

dimanche 17 avril 2016 – 14h30
mercredi 20 avril 2016 – 19h30
samedi 23 avril 2016 – 19h30
mardi 26 avril 2016 – 19h30
jeudi 28 avril 2016 – 19h30
lundi 2 mai 2016 – 19h30
jeudi 5 mai 2016 – 19h30
samedi 7 mai 2016 – 19h30
mardi 10 mai 2016 – 20h30
samedi 14 mai 2016 – 19h30
lundi 16 mai 2016 – 19h30
samedi 21 mai 2016 – 19h30
mardi 24 mai 2016 – 19h30
vendredi 27 mai 2016 – 19h30
lundi 30 mai 2016 – 19h30

TARIFS
210€ 190€ 160€ 140€ 100€ 70€ 35€ 15€ 5€
Excepté mer. 20 avril, sam. 21 et ven. 27 mai : 231€ 209€ 176€ 154€ 110€ 77€ 39€ 15€ 5€
Excepté lun. 2 et 16 mai :  189€ 171€ 144€ 126€ 90€ 63€ 32€ 15€ 5€

Réservations : par Internet : www.operadeparis.fr
par téléphone : 08 92 89 90 90 (numéro surtaxé : 0,34€ la minute)
téléphone depuis l’étranger : +33 1 72 29 35 35
aux guichets : au Palais Garnier et à l’Opéra Bastille tous les jours de 11h30 à 18h30 sauf dimanches et jours fériés

Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--31--1600 Rigoletto--c--Monika-Rittershaus---OnP--30-.jpg-1600

Rating:

Un superbe drame de Victor Hugo, avec Christiana Reali magistrale…

MARIE TUDOR Affiche

Etre magistrale dans un rôle de Reine, voilà qui n’est rien que normal pensez-vous? alors venez admirer la performance de Christiana Reali à La Pépinière Théâtre et vous verrez ce qu’une grande comédienne peut faire. La scène se passe à Londres, en 1553. Marie Tudor, reine d’Angleterre,  (Christiana Reali) a pour amant l’aventurier Fabiano Fabiani  (Jean-Philippe Ricci) mais il la trompe en secret avec Jane, (Jade Fortineau), jeune fille qui doit épouser un ciseleur, Gilbert, (Philippe Calvario en alternance avec Benjamin Guillet) qui l’a recueillie enfant, et qui veut désormais l’épouser. Fabiani est intéressé par la fortune potentielle de Jane : il sait qu’elle est la fille de lord Talbot, pair d’Angleterre exécuté pendant les guerres civiles. Mais Fabiani, l’étranger, a de nombreux ennemis à la Cour, qui s’attachent à le perdre. Découvrant la trahison de son amant, la Reine soudoie Gilbert pour perdre Fabiani en accusant ce dernier de crime de lèse-majesté: Gilbert simulera un attentat sur la personne de la reine, puis avouera avoir agi sur ordre de Fabiani. Les deux hommes seront donc condamnés à mort. Mais au dernier moment, la reine renonce à sa vengeance, et tente de sauver Fabiani, bien que le peuple réclame sa mort. Jane, bouleversée par le sacrifice de Gilbert, soudoie les gardes pour le sauver. Chacune des deux femmes prie pour la survie de son protégé tandis qu’un seul des deux hommes marche à l’échafaud.…

MARIE TUDOR Photo libre Plan tres large (c)Florian Fromentin MARIE TUDOR Photo libre Fabiano et Gilbert (c)Florian Fromentin MARIE TUDOR Photo libre Fabiano et Le Juif (c)Florian Fromentin MARIE TUDOR Photo libre Plan Large (c)Florian Fromentin

La mise en scène très moderne de Philippe Calvario arrive à montrer une distribution de 12 personnes sur scène, dont un musicien (Thomas Gendronneau) qui joue de temps à autre avec sa guitare électrique, et souligne ainsi certains passages, ce qui ajoute à l’intensité ressentie. On n’est pas choqué le moins au monde de cet anachronisme, ce qui démontre bien que cette oeuvre de Victor Hugo n’a pas pris une ride, et que cette version actualisée reste bouleversante jusqu’au dernier instant. On s’intéresse immédiatement aux destins croisés de ces deux femmes, l’une au plus haut de la hiérarchie du royaume, l’autre petite orpheline recueillie par un homme du peuple, bien qu’étant de haute lignée. Les deux femmes ont un homme en commun, un aventurier qui ne s’intéresse en fait qu’à leur puissance. Mais l’une est promise au roi d’Espagne et l’autre doit se marier quelques jours plus tard avec celui qui l’adopta peu après sa naissance. Les comédiens forment une troupe, dont la grande majorité sont jeunes et encore inconnus : Anatole de Bodinat, Stanislas Perrin, Robin Goupil ou Valentin Fruitier. Les autres comédiens dont un homme de petite taille, Maître Enéas, le valet de Marie Tudor (Pierre Estorges) ou celui qui conspire contre l’amant de la reine , Simon Renard, ambassadeur du roi d’Espagne (Régis Laroche en alternance avec Pierre-Alain Leleu), sans oublier Joshua (Jean-Claude Jay), tous ces comédiens savent donner le ton au texte de Victor Hugo.

MARIE TUDOR Photo libre Marie et Fabiano (c)Florian Fromentin MARIE TUDOR Photo libre Marie (c)Florian Fromentin MARIE TUDOR Photo libre Joshua et Gilbert (c)Florian Fromentin MARIE TUDOR Photo libre Gilbert (c)Florian Fromentin

La pièce est assez longue (environ 2h20), et se joue sans entracte. Mais ne soyez pas effrayé par la durée, on ne voit guère le temps passer.

Marie Tudor à La Pépinière Théâtre, rue louis le Grand, proche de l’Opéra, du mardi au samedi à 21h00 avec matinée le samedi à 16h00.

Prix des places de 24 à 44€ avec tarif à 12€ pour les moins de 26 ans.

MARIE TUDOR Photo libre Fabiano et Gilbert (c)Florian Fromentin MARIE TUDOR Photo libre Fabiano et Le Juif (c)Florian Fromentin

 

Rating:

Formidable adaptation du plus célèbre musical tiré de l’oeuvre de Victor Hugo.

le visuel suivant est le visuel US, il est fort probable que le visuel français soit différent!

L’avantage d’un film comme Les Misérables, c’est qu’il n’est nul besoin de raconter l’intrigue; On connait tous les personnages : Jean Valmjean (Hugh Jackman), L »‘Inspecteur Javert (Russel Crowe, Fantine (Anne Hathaway), Cosette (Amanda Seyfried) et Marius (Eddie Redmayne) sans oublier Eponine ( Samantah Barks) et les Thénardier (Helena Bonham Carter et Sacha Baron Cohen). Ce que l’on ne sait pas encore, c’est que touis ces acteurs ont chanté toutes les scènes en direct, alors que généralement le réalisateur enregistre les voix et les acteurs chantent en play back. Ici, tout ce que l’on entend est du son direct, c’est la décision du Réalisateur, Tom Hooper, qui avait déjà été couronné pour un Oscar avec Le Discours d’un Roi.

En parlant d’Oscars, le film était nommé dans 8 catégories, dont meilleur film, meilleur acteur (Hugh Jackman), meilleure actrice dans un second rôle (Anne Hathaway). 3 oscars dans l’escarcelle dont un pour Anne Hathaway!

Tous ceux, et ils sont nombreux qui ont vu une des productions des Misérables ne seront pas déçus, même si les voix des deux acteurs principaux , et plus particulièrement celle de Russel Crowe ne sont pas extraordinaires, ni même mémorables, alors que celles des jeunes acteurs :Eddie Redmayne et Amanda Seyfried (Marius et Cosette ) sont vraiment bien placées et font tout le charme de la seconde partie.

Le film est certes long (2h30), mais on ne sent pas le temps passer. Les auteurs ont tranché dans la partition, en ne gardant que les morceaux de bravoure en intégralité, certains ont subi le couperet, comme dans les scènes des Thénardier, et dans certaines chansons ne mettant pas en gros plan un des principaux protagonistes. Quand je dis couperet, ce n’est pas la guillotine,  toutes les chansons du Musical sont présentes, mais certaines sont été simplement raccourcies. Avec, rien que pour le film une chanson originale pour Hugh Jackman.

Mais ne boudons pas notre plaisir. Cette adaptation d’un musical est de haut rang, tout comme le furent il y a longtemps: West Side Story, La Mélodie du Bonheur, Funny Girl ou Oliver. ou, plus récemment Mama Mia. On est très loin du raté que fut ‘Le Phantom Of The Opera’.

N’oubliez surtout pas vos Kleenex. J’ai beau connaitre la fin… avoir vu le musical au théâtre et en DVD et Bluray une bonne centaine de fois, j’ai pleuré à chaudes larmes pendant les dernières 20 minutes, si ce n’est plus.

5*

films annonces et extraits :
http://www.youtube.com/watch?v=L
AgbwmEphF4

et aussi :

http://www.addictomovie.com/une-2eme-bande-annonce-magnifique-pour-les-miserables/

 

La qualité de ce Blu Ray est en tous points parfaite. Les images sont d’un rendu incroyable. Quant au son, c’est tout simplement époustouflant, mais sachez toutefois, qu’il faudra pousser le niveau sonore pour obtenir les meilleurs résultats. Je ne reviendrai pas sur les qualités du musical, on sait qu’il a fait un score énorme outre Manche et Outre Atlantique, alors que la France l’a boudé. Mais il est temps de se rattraper.

Ce qu’il ne faut surtout pas manquer ce sont les suppléments sur ce Blu Ray, ils sont nombreux et très intéressants et pour une fois, ceux qui ne comprennent pas l’anglais auront des sous titres  !

L’approche révolutionnaire des Misérables se déroule en plusieurs parties :

Les stars du film, puis Le lien avec le West End ( Londres), Les extérieurs des Misérables, la création du Paris parfait, la bataille sur les barriocades et enfin, les explications sur comment le film a été chanté en direct!  Vous retrouverez le réalisateur, Tom Hooper, le producteur, Cameron MacIntocsh, certains acteurs, comme Hugh Jackman, Eddie Redmayne dans la majorité de ces bonus.

Autre grand chapitre de ces bonus, l’oeuvre de Victor Hugo.

Certains apprécieront les commentaires sur le film par le réalisateur, mais là il s’agit plus d’une prouesse réservée aux vrais fondus de cinéma.