RTL

All posts tagged RTL

Rating:

Quand un producteur (Laurent Ruquier) veut faire plaisir à ses amies, à un célèbre compositeur, Claude Bolling et à lui-même, cela donne un spectacle fort sympathique: Les Parisiennes.

A moins d’être né avant les années 60, peu de chance que ce nom vous dise quelque chose. Les Parisiennes. Il y avait bien un dessinateur humoristique (Kiraz) qui les caricaturait chaque semaine dans un magazine appartenant à Marcel Dassault ( Jours de France) mais il y avait un groupe de 4 jeunes femmes qui ont connu un immense succès, sous la houlette de Claude Bolling en 1964 avec ce titre : Il fait trop beau pour travailler, qui sera suivi par beaucoup d’autres titres pendant une dizaine d’années, mais la majorité de ces titres étaient passés dans les oubliettes. C’était sans compter Laurent Ruquier. L’animateur de RTL et de France 2  a dû garder des souvenirs émus de ces 4 jeunes femmes dont je serais totalement incapable de me souvenir, que ce soit de leur nom ou de leur physique, et a décidé de re-créer un groupe version 2018, avec Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Helena Noguera et Inna Modja, qui ont ré enregistré certains titres des Parisiennes années 60, en ajoutant un immense succès populaire du à Sandie Shaw, qui avait remporté l’Eurovision avec ce titre anglais : Puppet On A String , dont la version française, par la même artiste s’appelait Comme Un Tout Petit Pantin, et qu’avaient repris Les Parisiennes. D’autres titres nous reviennent en mémoire quand elles les interprètent sur scène , comme L’Argent Ne Fait Pas Le Bonheur , mais il faut bien avouer que le temps a fait son oeuvre, et que la majorité des titres restent inconnus.

La mise en scène de Stéphane Jarry est alerte, les nombreux costumes des 4 protagonistes sont très kitch, et les danseurs ajoutent un peu de piment à la sauce. Certes nous ne parlons pas de performance, ni de spectacle de l’année ici, mais juste d’une soirée sympathique aux Folies Bergère. On se souvient quand même que Monsieur Claude Bolling qui affiche aujourd’hui 88 printemps, a composé de nombreuses partitions pour des films, entre autres : Borsalino, Le Magnifique,  L’homme en Colère, L’année Sainte, Le mur de l’Atlantique

le clip Il fait trop beau pour travailler :

et un extrait du final du spectacle :

 

 

100 ans, et pas une ride. Le célèbre théâtre, qui accueille des chansonniers et qui a vu passer les plus célèbres, se régale avec les événements des présidentielles.

Un spectacle qui ravit les spectateurs, qui change de ton au fil des élucubrations de certains candidats et des surprises que nous réserve cette campagne hors du commun. Mais le plus important est cette salle classée monument historique, avec des dessins magnifiques sur les murs, deux petits balcons autour de la scène:

 

En 100 ans que de noms célèbres se sont retrouvés sur sa scène : Pierre Dac, Paul Meurisse, Arletty, Jea Poiret, Colette Brosset, Robert Dhéry, Pauline Carton, Robert Rocca, Jacques Grello, Pierre-Jean Vaillard, Anne-Marie Carrière, Jacques Bodoin, Jean Amadou, Jean Roucas, mais aussi Laurent Gerra et Laurent Ruquier qui y ont fait leurs premiers pas, parmi bien d’autres.

Couverture du livre qui relate ces 100 ans d’humour politique

Une rencontre avec cette personne qui est connu de tous les auditeurs de RTL, où il a été ( est) sociétaire des Grosses Têtes avec Philippe Bouvard, a été la tête pensante de l’Oreille en coin, auparavant sur France Inter, et qui a racheté cet établissement en 1995 : Monsieur Jacques Mailhot!

Dans le spectacle actuellement à l’affiche, vous pourrez applaudir , outre Jacques Mailhot : Florence Brunold, Michel Guidoni, Gilles Détroit, Emilie-Anne Charlotte, Jean-Pierre Marville.

ENTRETIEN, Vidéo et photos :@Guy Courthéoux / onsortoupas.     Tous droits réservés.

Les primaires des Primates c’est au Théâtre des 2 ânes , du mardi au samedi à 20h30, et matinée le dimanche à 15h00

Places 41 ou 45 €

Réservations au 01 46 06 10 26   et www.2anes.com

Rating:

Laurent Gerra est vraiment incroyable. Quand on pense connaître son talent, on découvre qu’il est encore capable de nous étonner.

claude012

Si on écoute son duo sur RTL chaque matin à 8h45, on sait qu’il se rapproche de l’actualité, qu’il la malmène à sa manière. On sait aussi qu’il possède un talent d’imitateur qui lui permet de nous offrir une palette des plus complètes. Tous les hommes (et certaines femmes) politiques se font égratigner chaque matin. Le monde du cinéma, de la télévision, du sport en prend aussi pour son grade. Et pourtant ce n’est jamais méchant.  C’est surtout un moyen de nous faire rire de bon matin. Et son spectacle? J’y arrive.

IMG_0703

Dans un véritable décor qui n’est pas sans rappeler les orchestres des années 50, Laurent Gerra n’est pas seul sur scène. le grand orchestre de Frédéric Manoukian est là, une belle formation qui occupe toute la scène. Et son spectacle ne nous donne aucun répit. Il balance  à tour de bras. Le proverbe dit : ‘Qui aime bien châtie bien’, alors il doit vraiment adorer notre président actuel. C’est sa tête de turc, mais on se souvient qu’il en avait fait autant avec le précédent.

Le spectacle est aussi un vrai coup de chapeau à ses idoles, ou à ceux qui ont fait le music hall en France : Henri Salvador, Yves Montand, Enrico Macias, Gilbert Bécaud, Claude Nougaro, Charles Aznavour, sans oublier Johnny Hallyday. Côté cinéma, il ne manque pas de saluer les géants de l’écran que sont Delon et Belmondo. Phlippe Lucchini est aussi de la partie. Bien entendu la liste n’est pas exhaustive. C’est un festival! Et le spectacle oscille constamment entre humour et amour, entre musique et parole, pour le plus grand bonheur de la salle, qui rit de bon coeur.

IMG_0726 IMG_0725 IMG_0712 IMG_0711

J’avais eu la chance de rencontrer Laurent il y a très longtemps, à l’époque où je ‘faisais’ de la radio. Nous avions alors, avec sa compagne de l’époque, passé de très bons moments dans des festivals de film, et j’en gardais un excellent souvenir. Si je vous dis que cela remonte à 1997, vous vous doutez donc que c’étaient ses débuts. Et Laurent, malgré sa popularité n’a pas changé. Lorsque je l’ai croisé il y a quelques mois dans la rue, il est venu vers moi, et lorsque j’ai été le saluer dans sa loge après le spectacle, il m’a accueilli comme le bon pain, alors qu’il y avait bien d’autres personnalités présentes, comme le prouvent ces quelques photos.

IMG_0737 IMG_0733 IMG_0760 IMG_0749 IMG_0746 IMG_0742 IMG_0728

Toutes les photos (sauf affiche du spectacle) @ Guy Courthéoux /Claude Laplace /onsortoupas.fr   tous droits réservés

Donc je me répète peut-être, mais MONSIEUR LAURENT GERRA est un grand, un très grand, et je lui tire mon chapeau ( comme lui sait si bien le faire pour les personnes qu’il admire).

Profitez des soirées à l’Olympia, suivez le en tournée, écoutez le  chaque matin du lundi au vendredi  ou les soirs sur RTL!

Merci Laurent pour cette soirée

 

Rating:

Toute ressemblance avec des personnages vivants ne saurait être fortuite!

LE BOUFFON... affiche validée BAT logos

Imaginez un ex président de la république, comme François Nicoli ( Michel Guidoni) qui ne rêve que d’une chose : reprendre sa place, et qui a été conspué par un humoriste, Jerry Guillos (Franck de Lapersonne), pendant son quinquennat, et qui n’a qu’une idée : se venger pour avoir été sa tête de turc. Cela peut donner des situations pour le moins irrésistibles. Surtout lorsque Nicoli, loue une cave transformée en scène, qu’il paye 50.000 euros en liquide pour que Jerry se produise seul devant lui et deux de ses subalternes, dont Roseline (Fabienne Chaudat) , qui est secrètement amoureuse de lui, et d’une autre jeune fille, Sophie (Cecile de Menibus) qui possède des atouts de beauté qui ne peuvent laisser personne indifférent. Roseline a fouillé dans le passé de l’artiste et y a trouvé un différent avec Pierre (Frederic Bodson) qui est maintenant à la rue. Tout cela pour obtenir des excuses et détruire la carrière du comique.

photo photo 4

On sent bien la patte d’Olivier Lejeune, qui non seulement a écrit cette pièce de boulevard, et qui l’a mise en scène au théâtre des Variétés. Olivier Lejeune est loin d’être un inconnu. Les plus anciens se souviendront qu’il avait enregistré un disque : Pot Pour Rire Monsieur Le Président, et qu’il a aussi été l’interprète de nombreuses pièces (plus de 40) dont Le Charlatan de robert Lamoureux. Il a aussi écrit pour le théâtre : Tout Bouscule, Presse Pipole ou la symphonie des faux culs. Sa plume bien acerbe et aiguisée lui a valu de participer au Petit Théâtre de Bouvard,  La Classe à la télé, ou être sociétaire des Grosses têtes de Philippe Bouvard sur RTL ou de participer à L’Oreille En Coin sur France Inter. C’est dire que ce Monsieur ne manque pas d’humour et sa sixième pièce , Le Bouffon Du Président, s’inscrit parfaitement dans la lignée du rire.

LE BOUFFON... photo 3 Chantal Depagne-Palazon LE BOUFFON... photo 2 Chantal Depagne-Palazon

Soyons clair. on ne vient pas ici pour être sérieux, pour penser, ou pour voir un drame. on vient ici pour rire, et la salle en a pour son argent. Déjà, dès les premières minutes où Franck de Lapersonne  réussit, seul en scène à dérider le public. Puis l’arrivée des deux filles avant l’arrivée triomphale de Michel Guidoni, qui en fait des tonnes dans son imitation réussie d’un certain président, qui se déhanche comme lui, qui imite ses mimiques malheureusement trop célèbres. Les bons mots fusent de toutes parts, et la salle réagit à tous ces mots. Tout ne marche que par le talent des acteurs, et quand on parle de théâtre de Boulevard, on sait de quoi on parle, même si ici il n’y a pas de portes qui claquent. La pièce ne dure pas très longtemps, environ 1h 40, et lorsqu’on croit qu’elle est terminée, Guidoni offre quelques unes de ses imitations, ce qui est un peu dommage, parce que l’impact aurait été meilleur sans ces dernières minutes. Mais bon, si personnellement je n’ai pas été fan de cette fin, le public lui a adoré. Je ne boude pas mon plaisir, ayant vraiment bien aimé tout ce qui s’est déroulé depuis le début, avec ces sous entendus qui font mouche, attaquant certes plus l’ancien président que l’actuel, mais bon le plaisir s’est atténué avec ce que je pensais être la fin.

LE BOUFFON... photo groupe par Stéphane Andran LE BOUFFON... photo 1 Chantal Depagne-Palazon

Photos ( sauf mention contraire) : @Chantal Depagne-Palazon

LE BOUFFON DU PRÉSIDENT , c’est au théâtre des Variétés du mardi au samedi à 20h00, avec des matinées les samedis et dimanches à 16h30.

Prix des places : de 15 à 49€. Il est prudent de réserver, lorsque j’ai vu la pièces la salle était quasiment complète.

Réservations au 01 42 33 09 92 et sur www.theatredesvarietes.fr, ainsi que dans toutes les agences et points de vente habituels.

la bande annonce :

 

et un extrait :

 

Rating:

On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, voilà un proverbe qui correspond au mieux à ce spectacle.

affiche_OUHOUH_def

Isabelle Mergault sait tout faire, et surtout écrire. Rien de plus normal donc qu’elle écrive une pièce sur mesure pour son talent, cette fois avec l’aide de Daive Cohen. C’est , avec Ouh Ouh, la troisième fois qu’elle écrit pour le théâtre, après : L’Amour sur un Plateau et Adieu Je Reste. Si elle a rencontré un franc succès au cinéma avec Je vous trouve très beau qu’elle a réalisé, tout le monde la connaît pour avoir été une des sociétaires des Grosses têtes de Philippe Bouvard, avant d’intégrer la Bande à Ruquier, qu’elle a rejoint récemment sur RTL. On la reconnaît immédiatement de par sa façon de parler, avec des chuintements, et dans la pièce elle en use au maximum, se moquant ainsi ouvertement de ce défaut d’élocution.

2014-09-10_I7I1154

OUH OUH raconte l’histoire d’une chanteuse, Ramona, qui a connu la gloire, et qui essaie de revenir sur le devant de la scène avec l’aide de son manager de mari (Jean Luc Porraz) . Elle joue les stars, et son frère médecin (Julien Cafaro) ne détecte pas les signes avant coureur d’une crise cardiaque chez ce dernier, qui passe ainsi de vie à trépas. Mais après son enterrement, le voilà revenu sur Terre, sous la forme d’un fantôme, qu’elle seule peut voir et entendre. Il doit se faire pardonner une faute grave qu’il aurait commise ici-bas, mais n’a pas la moindre idée de cette faute.

2014-09-10_I7I1261

Voilà du théâtre de boulevard qui fait rire de bout en bout et Isabelle Mergault , tout autant que son homme de maison ( Jean-Louis Barcelona) en fait des tonnes, pour le plus grand plaisir de la salle. La mise en scène de Patrice Leconte  est rapide et enjouée et ne laisse place à aucun temps mort. On vient pour rire, pour entendre Isabelle Mergault zozotter, et aussi pour la voir physiquement. Il faut bien avouer quelle est superbe et joue de son physique avec des tenues ravageuses. Toutes ses tenues sont extrêmement moulantes…voire bien déshabillées.

2014-09-10_I7I1456 2014-09-10_I7I1568

Vous avez envie de rire sans vous prendre la tête, OUH OUH est du sur mesure pour vous!

OUH OUH au théâtre des Variétés, du mardi au samedi à 20 h00, matinées samedi à 17h00 et dimanche à 16h30.

Places de 16€ à 60€

Le théâtre des Variétés est au 7 Boulevard Montmartre dans le 2ème

Renseignements et locations au 01 42 33 09 92 et sur : theatre-des-varietes.com

2014-09-10_I7I1159

 

Rating:

Les textes de Jean Yanne reprennent un petit coup de jeune sur la scène du Théâtre du Petit Montparnasse.

 

1908302_538884812888651_8614771244006539919_n

 

Jean Yanne fut un génie, et s’il peut paraître avoir été oublié, il suffit d’écouter les Grosses têtes de Philippe Bouvard pour voir que son humour est resté toujours aussi incisif. Les plus âgés se souviendront l’avoir vu sur les écrans de télévision, alors que celle-ci était encore en noir et blanc, et ensuite l’avoir lu, ou suivi au cinéma avec des films comme ‘Tout Le Monde il est beau, Tout le monde il est gentil », Moi y’en a vouloir des sous, ou Show Business, sans oublier ‘Liberté Egalité Choucroute ou Deux heures moins le quart avant Jésus Christ, des films qu’il avait réalisés. Sans oublier des films dans lesquels il jouait l’acteur, comme Le Boucher (Chabrol), Je règle mon pas sur les pas de mon père ( Remy Waterhouse), Nous en vieillirons pas ensemble (Pialat) ou Week end (Godard). Certes ses films en tant que réalisateur reflétaient mieux cet esprit grivois, anticonformiste, anticlérical qui ont fait sa gloire. C’était donc un drôle de boulot d’extraire de quoi monter une pièce de tout ce qu’il a écrit, ou fait en télévision, et c’est ce à quoi s’est intéressé le metteur en scène et acteur/chanteur de ce ‘On n’arrête pas la Connerie’, Jean-François Vinciguerra, qui joue aux côtés d’un autre ancien secrétaire des Grosses têtes, Eric Laugérias. on n'arre_te pas la connerie1 on n'arre_te pas la connerie4

Le spectacle a ressorti des textes dont on ne se souvenait pas, qui commencent le spectacle, et dont certains auraient pu rester dans les malles sans que l’on ne s’en plaigne. Il faut attendra le retour de Grands classiques comme les dialogues des Routiers (qu’il avait enregistrés avec Paul Mercey pour des émissions de télé) ou celui du Permis de conduire (avec Lawrence Reisner) ou le tout aussi célèbre La Circulation à Rome ( avec les deux précités à l’époque) pour que spectacle trouve enfin son rythme. Certes au départ les publicités totalement loufoques donnent le ton, mais passent trop rapidement, entre des chansons pour qu’on s’accroche totalement. Mais la seconde partie, lorsque ces sketchs arrivent fait redoubler les rires, avec le rythme de certaines chansons  comme celles de ses films font que le spectacle se termine avec de vrais rires dans la salle. Les deux comédiens jouent et chantent, accompagnés par un ou une pianiste selon les jours. J’ai pu apprécier Isabelle Fleur lors de la représentation où je me suis rendu. Tout cela est bon enfant et vous permet de passer une excellente soirée.

 

on n'arre_te pas la connerie3 on n'arre_te pas la connerie2

 

Les comédiens peuvent changer selon les jours, puisque les noms de Frédéric Longbois, Johan Farjot ou Bruno Membrey sont cités en alternance. Et pour certaines publicités, vous verrez Chantal Ladesou, Laurent Ruquier, Eve Ruggieri, François Berléand ou Marie Drucker.

 

Toutes les photos : Copyright : Jeep STEY   Au Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaité Paris 14  (métro Gaité ou Edgar Quinet)

. Places 20€ et 34 € Réservations par téléphone : 01 43 22 77 74, du lundi au samedi entre 11h et 19 h, dimanche 11h /15h   Pour le plaisir: un des sketchs  filmé dans les années 60: