Fabienne rappeneau

All posts tagged Fabienne rappeneau

Rating:

Le destin d’Alan Turing est incroyable. Véritable génie des mathématiques, c’est à lui que l’on doit la création de l’ordinateur, une machine qui a permis de résoudre Enigma et de gagner la seconde guerre mondiale.

Une histoire vraie, bouleversante, qui avait déjà été traitée, au cinéma en 2015, avec IMITATION GAME de Morten Tyldum, avec Benedict Cumberbatch dans le rôle d’Alan Turing. Autre vision, celle de Benoit Solès, au théâtre cette fois, où l’auteur est Alan Turing. Au départ il s’agit d’une enquête un peu biscornue où Turing se retrouve dans un commissariat pour un vol supposé. De fil en aiguille, on voit les personnages évoluer, on comprend pourquoi Turing est suspecté par des personnages haut placés en Angleterre, qu’on va comprendre son homosexualité, tout cela dans des scènes qui se déroulent soit dans le commissariat, soit dans la rue, soit dans l’appartement de Turing. On voit l’histoire évoluer, et si Benoit Solés est Turing tout du long, son partenaire de scène, Amaury de Crayencour, lui joue toues les autres protagonistes, l’amant, le policier etc. Tout l’art du metteur en scène, Tristan Petitgirard nous entraîne dans le sillage de cette histoire fraie, et on sait faire la différence entre les comédiens, et leur(s) rôle(s).

.

Pourtant on n’est jamais perdu, et on est captivé de bout en bout par cette histoire, même si certains cinéphiles (comme moi) se souviennent très vite du fait que Turing est l’inventeur de cette machine qui a révolutionné le siècle dernier, et qui est toujours à nos côtés depuis. Que vous compreniez quelque chose en mathématiques ou que vous soyez fermement fermé à toutes ses applications ne changera pas la donne. On est ici pour une histoire humaine, non pas pour comprendre comment fonctionne notre ordinateur.

Il est vrai que le titre ne vous dit pas vraiment de quoi il s’agit (oui, je sais, certains vous diront que Turing est ultra célèbre, mais pour le commun des mortels ce nom n’allume pas la petite lumière des BD au dessus de notre tête), et c’est pour cela que cette pièce est intelligente, qui s’adresse à de nombreux publics de par les sujets évoqués, ceux qui admirent ce génie des mathématiques, ceux qui verront surtout son homosexualité, ceux qui seront surpris par une enquête, et bien d’autres encore.

Le théâtre Michel qui a récemment changé de mains, repris par les directeurs du Théâtre du Palais Royal, Francis Nani et Sébastien Azzopardi, a trouvé la pièce qui va faire l’unanimité. On est passionné de bout en bout, on ne s’ennuie jamais, on sourit, on se passionne pour les personnages, et finalement le résultat est qu’on passe une merveilleuse soirée.

Toutes les photos tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute diffusion, utilisation interdite sans autorisation de l’auteur.

La Machine de Turing, c’est du mardi au samedi à 21h00 et matinée le dimanche à 16h00.

TARIFS PUBLICS : • 49€ Carré Or • 43€ 1ère Catégorie • 30€ 2e Catégorie

LOCATION : 01 42 65 35 02 – www.theatre-michel.fr

la bande annonce:

 

Rating:

Discussions entre père et fils, confidences sur la fidélité, de bonnes occasions de rire au théâtre!

Georges , le père, (Alain Doutey) reçoit les confidences de son fils (Arthur Fenwick) sur ses infidélités envers sa femme (Claudia Dimier). Mais la mère (Marie-Christine Barrault) sent bien que quelque chose cloche dans le comportement de son mari et de son fils, et va réunir la famille sous un prétexte quelconque pour en voir le coeur net. Et c’est lors de cette soirée où bien des choses vont être dites, des confidences, des révélations. L’auteur, Joe Di Pietro, adapté pour la France par Eric-Emmanuel Schmitt, nous entraîne dans un véritable tourbillon, mis en scène avec superbe par Jean-Luc Moreau . Les comédiens se donnent à fond et la salle suit, ravie, le quatuor qui déballe ses secrets sur la scène.

photo  Fabienne Rappeneau.

Le théâtre Rive Gauche nous a maintes fois prouvé qu’il savait choisir ses pièces, sérieuses, ou moins sérieuses comme c’est le cas dans cette comédie légère, mais qui n’est pas du boulevard. On passe une très bonne soirée avec ces comédiens, ce texte bien écrit, alors que le spectacle a triomphé à Broadway. Nul doute que Paris va marcher dans les traces de ce triomphe bien mérité.

photo Fabienne Rappeneau

CONFIDENCES au Théâtre Rive Gauche

Du mardi au samedi à 21h
Matinée le dimanche à 15h

Tarifs guichet : 45€ (Carré Or), 36€, 27€

Réservations au 01 43 35 33 21

bande annonce :

 

 

 

 

 

Rating:

Inclassable, un mélange de Vaudeville, de comédie, de musical, de délire…

ONsortoupas014

Le mercredi après midi pour Monsieur, c’est sacré: c’est la journée de la chasse, et rien ne saurait l’en distraire. Ce qui est en fait au goût de Madame, qui reçoit en conséquent son bel amant tous les mercredis après midis, sans se soucier du qu’en dira-t-on. Seule la soubrette, pas très fute-fute est dans la confidence. Mais ce jour là, Monsieur doit recevoir le notaire dans l’après midi…et va rentrer plus tôt que prévu. Le décor est planté, ajoutez maintenant une bonne dose de chansons, une louche de situations cocasses, genre l’amant dans le placard, et vous allez obtenir une autre comédie au Splendid, avec des interprètes issus, presque tous, de la Troupe à Palmade.

Cousins comme cochons, Splendid (Paris), 25 mai 2016, © Fabienne Rappeneau

© Fabienne Rappeneau

Cousins comme cochons, Splendid (Paris), 25 mai 2016, © Fabienne Rappeneau

© Fabienne Rappeneau

On nage dans le non sense avec cette troupe qui se donne à fond! Tous chantent, tous dansent, certains entrent et sortent d’un placard, certaines sont plus ou moins dévêtues, d’autres se retrouvent dans le rôle d’un arbre. Bref, avec ce Cousins Comme Cochons, vous avez toutes les chances de vous tordre de rire, sauf si vous manquez d’humour et dans ce cas, il vaut mieux éviter de vous déplacer. Impossible de vous donner les comédiens que vous verrez, vu qu’ils se partagent les soirées : En alternance : Christophe Canard, Serge Da Silva (Monsieur), Constance Carrelet, Emmanuelle Bougerol (la soubrette) , Lionel Erdorgan,Johan Dionnet, Benjamin Gauthier, Rudy Milstein, Yann Papin, Jean-Baptiste Artigas et enfin Nicolas Lumbreras (qui est aussi, et surtout l’auteur de cette pièce délirante, et le metteur en scène….un vrai cumulard. Et pourquoi ce titre? tout simplement parce qu’il y a de drôles de cousins, et même certains cochons sauvages…

Cousins comme cochons, Splendid (Paris), 25 mai 2016, © Fabienne Rappeneau

© Fabienne Rappeneau

Cousins comme cochons, Splendid (Paris), 25 mai 2016, © Fabienne Rappeneau

© Fabienne Rappeneau

Vous l’avez compris, c’est une pièce qui est faite pour que le public s’amuse, et c’est parfaitement réussi

Cousins comme Cochons, c’est Au Splendid St Martin, du mardi au samedi à 20h30 jusqu’au 20 Août, et ensuite à 19h30.

Tarifs : de 28.40 à 35€ (nombreuses promotions possibles :de 21.40 à 26€)

 Réservations par tél : 01 42 08 21 93    du mardi au samedi de 13 h à 19 h

la bande annonce :

 

 

 

Rating:

Un grand texte de Stefan Zweig, une comédienne  au sommet de son art, un metteur en scène avisé, un théâtre qui joue le jeu…Bravo!

bed605a5df4bce892c3ea7fecece2e56

Une femme rangée traîne son ennui dans les casinos. A Monaco, elle rencontre un jeune homme qu’elle décide de sauver du jeu. Elle nous raconte sa rencontre, les sentiments qui l’habitent, sa décision de l’aider. Elle qui était une femme rangée, certes riche, voit sa vie changer , de nouveaux sentiments naître, et elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider le jeune homme à perdre ses pulsions pour le jeu. Mais y arrivera-t-elle vraiment? La passion n’est-elle pas aveugle?

018-HD-e1443123726494 24h_dans_la_vie_d_une_femme

Seules de grandes comédiennes arrivent à nous faire comprendre ce que l’auteur a créé. Et la prestation de Clémentine Célarié est au dessus de tout. Elle nous entraîne dans son tourbillon, mais un tourbillon de finesse, de mots. On la voit évoluer. C’est du grand art. Elle n’est certes pas seule sur scène, entourée de deux jeunes acteurs dont un est le barman de l’hôtel de luxe où elle séjourne (Samuel Nibaudeau) et l’autre le jeune joueur, un rôle difficile tenu avec pudeur par Loris Freeman. Le théâtre Rive Gauche d’Eric Emmanuel Schmitt, qui a écrit cette nouvelle adaptation est fidèle à son metteur en scène, Steve Suissa, et on le comprend. Sa mise en scène est sobre, donnant toute son importance au texte et aux comédiens, avec un décor tout aussi sobre.

Clémentine Célarié est époustouflante de justesse. On vibre à ses gestes, à ses mots, ses intonations. Ne serait-ce que pour elle, il faut absolument aller découvrir ce 24 heures de la vie d’une femme avant le 31 décembre. Certes vous n’allez pas mourir de rire, ce n’est pas le but de cette pièce, mais vous allez adorer.

24h de la vie d'une femme, De Stefan Zweig, Adaptation : Eric-Emmanuel Schmitt, Mise En Scène : Steve Suissa, Avec : Clémentine Célarié, Loris Freman, Samuel Nibaudeau, Décor : Stéfanie Jarre, Costume : Pascale Bordet, Mise En Scène (Assistante) : Stéphanie Froeliger, Lumière : Jacques Rouveyrollis, Lumière (Assistant) : Jessica Duclos, Son : Maxime Richelme, Théâtre Rive Gauche (Paris), 7 avril 2015, © Fabienne Rappeneau

 

TOUTES LES PHOTOS : @ Fabienne Rappeneau

24 heures de la vie d’une femme, c’est du jeudi au samedi à 21 h, matinées samedi et dimanche à 17h00 (jusqu’au 29 novembre.

du 3 au 20 décembre : jeudi et samedi à 21h00 et vendredi à 19h00. Matinées samedi 17h00 et dimanche à 15h00

du 22 décembre au 3 Janvier, mardis et mercredis à 19h et samedis à 21h00, matinées les samedis à 17h et les dimanches à 15h

Tarifs guichet : 40€ (Carré Or), 34€, 27€, 20€ et 12€

réservations au : Tél : 01 43 35 32 31

http://www.theatre-rive-gauche.com/onlinereservation.cfm

 

Il y a quelquefois des surprises de taille au théâtre et celle-ci  est géante…avec des comédiens qui se donnent à fond et un public qui suit!

Affiche - CNAPQA

 

On frappe à la porte d’une maison en province, c’est un couple  qui vient visiter la maison en vente dans un petit village de Normandie. Les occupants des lieux sont du genre jovial, très jovial, qui insistent pour leur offrir l’apéritif, en attendant de leur faire faire le tour de l’habitation. C’est pourtant une simple visite immobilière. Mais qui va se transformer au fur et à mesure que la pièce avance, et qui pourrait bien virer au cauchemar….du genre faits divers comme on pourrait en lire dans les journaux. Cauchemar peut-être, mais certainement pas pour les spectateurs.

Ça n'arrive pas qu'aux autres, De et mise en scène Nicolas Martinez, Benoît Moret, Avec Ariane Boumendil, Nicolas Martinez, Benoît Moret, Pascale Oudot, Café de la gare (Paris), 27 août 2015, © Fabienne Rappeneau

Ça n’arrive pas qu’aux autres, De et mise en scène Nicolas Martinez, Benoît Moret, Avec Ariane Boumendil, Nicolas Martinez, Benoît Moret, Pascale Oudot, Café de la gare (Paris), 27 août 2015, © Fabienne Rappeneau

Les auteurs, Nicolas Martinez et Benoit Moret, s’en sont donnés à coeur joie, et ont été encore plus loin, en  se mettant en scène dans cette comédie , dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle est inattendue. Tous deux font partie de ‘La Bande à Palmade’. On se souvient de Benoît Moret  qui avait repris le rôle de Thierry Lhermitte dans Le Père Noël est une ordure’ l’an dernier, alors que Nicolas Martinez était au même moment dans Coup de théâtre(s) de Sébastien Azzopardi. Ils se donnent à fond sur la scène du Café de la Gare, entourés d’Ariane Boumendil et Pascale Oudot. Ne pensez pas que certains tirent la couverture ou que d’autres sont des faire valoir. Ces 4 comédiens sont tout simplement excellents, qui n’hésitent pas à se mettre à nu ( dans tous les sens du terme)  . Plus d’une fois on se dit, non, il na va pas oser, ou elle ne va quand même pas faire ça….et pourtant ils en font encore plus. La salle apprécie le délire. Certes on est un peu désorienté dans la mise en place, dans les premières minutes, et on se demande où on va. Mais plus l’histoire avance et plus on rit, et plus on admire les comédiens sur scène. Nicolas Martinez  bouge tellement qu’on se demande combien de kilos il va perdre chaque soir sur la scène. A mon avis, à la fin de la série de représentations il aura retrouvé la ligne qu’il avait à 15 ans, parce qu’il me semble impossible de dire quand cette pièce va s’arrêter…je la vois même comme un des gros succès de cette saison, et c’est tout ce qu’on peut leur souhaiter. Coproduite par Pierre Palmade, ‘Ça n’arrive pas qu’aux autres’ fera date dans les anales du théâtre, qui n’est pas sans rappeler, dans le ton un certain père Noël pas très sympa….

Ça n'arrive pas qu'aux autres, De et mise en scène Nicolas Martinez, Benoît Moret, Avec Ariane Boumendil, Nicolas Martinez, Benoît Moret, Pascale Oudot, Café de la gare (Paris), 27 août 2015, © Fabienne Rappeneau

Ariane Boumendil, Nicolas Martinez, Benoît Moret, Pascale Oudot, 27 août 2015, © Fabienne Rappeneau

Allez donc vous régaler et rire au Café de la Gare, du mercredi au samedi à 21h00 et le dimanche à 16h30

La Café de la Gare, c’est au 41 rue du Temple dans le 4ème à Paris

Réservations au 01 42 78 52 51 ou www.cdlg.fr   ou kimaimemesuive.fr

Places : 26€ tarif unique et tarif jeunes : pour les moins de 26 ans : 10€

 

photo william LET

photo william LET

 

Rating:

Cela fait bien longtemps que je n’avais pas ri autant. Merci !

onsortoupas124

Il y a des choses que j’adore en écrivant ces petites chroniques de spectacles. Généralement je ne sais rien de ce que je vais voir, j’évite de lire ce qui est paru, même si cela s’avère difficile dans certains cas. Je veux avoir le plaisir d’une découverte totale, sans aucun préjugés. Et dans le cas de cette pièce, tout ce que j’en savais, c’est que c’était une prolongation, et rien d’autre. Et le moins que je puisse dire, c’est que je ne suis pas déçu d’être venu au Palais des Glaces pour découvrir cette comédie co-écrite par Jean Franco et Guillaume Mélanie. j’aurais quand même pu me douter que les auteurs de « Lady Oscar » ou de « Panique au Ministère », deux triomphes pour Amanda Lear , allaient me faire rire. Mais peut-être pas à ce point là.

048 HD

Ce soir, Lisa Barland, (Maud Le Guénédal) une femme d’affaires endurcie, doit recevoir des invités de marque, et comme toujours dans ces cas là, elle a recours aux services d’un escort, qui joue son petit ami pour la galerie. Mais ce soir, l’escort n’est pas disponible, et ce sera sa bonne à tout faire (Marie-Aline Thomassin) qui va essayer de sauver la situation, en demandant à un des ouvriers ( Jean Franco)qui fait des travaux dans son appartement de jouer les escorts. Celui-ci accepte la proposition, mais rien ne se passe vraiment comme prévu. Le couple qui arrive est pour le moins bizarre, Monsieur (Olivier Till)  est plus qu’efféminé, Madame (Juliette Poissonnier) est  pour le moins boudeuse. Tout serait encore facile s’ils ne s’invitaient pas à dormir. Je ne vous raconterai pas la suite, ce serait dommage de gâcher des crises de rire!

011 HD

Un des deux co-auteurs (Guillaume Mélanie) joue aussi dans la pièce le rôle du second ouvrier, mais il ne se contente pas de cela, il assure aussi la mise en scène. Et c’est là aussi une mécanique qu’il semble maîtriser totalement. Pas un seul moment creux, pas un moment de faiblesse. On rentre dans le tourbillon, avec tous les protagonistes sur la scène. La bonne avec son accent du Sud est- bien loin du Madame est servie’, comme le chef d’entreprise qui en fait des tonnes dans son rôle si gay, alors que sa femme, joue les ronchons à la merveille (il faut dire qu’elle doit aimer s’enlaidir, c’était déjà le cas dans Mais Qui Est Qui? que j’avais vu l’an passé). Quant aux deux rôles principaux on y croit totalement.

014 HD

Une heure et demie de rires quasi ininterrompus, voilà exactement ce qu’on demande quand on va voir une comédie. Sans vouloir un instant démériter des comédiens de la troupe actuelle, je suis certain qu’avec un nom connu en haut de l’affiche, cette pièce  pourrait rester plusieurs saisons à l’affiche de théâtre. Allez donc en juger par vous-même, et donnez moi votre avis!

POUR COMBIEN TU M’AIMES? c’est actuellement au Palais des glaces du Mardi au samedi à 20h30

Prix des places: de 23 à 37€ (frais de location inclus), tarifs réduits chômeurs et étudiants : 10€ (le soir même en fonction des places disponibles)

043 HD

 

TOUTES LES PHOTOS : @FABIENNE RAPPENEAU

 

la bande annonce :