Michel Sardou

All posts tagged Michel Sardou

En neuf soirées – une par mois -,Olivier Barrot va évoquer un demi-siècle de grandes et petites scènes, depuis les années trente jusqu’à la mort de Coluche en 1986. Avec les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel, il va projeter chansons, sketchs, séquences de télévision, tout ce qui permet de revivre la grande histoire du Music-Hall.

LA GRANDE HISTOIRE DU MUSIC-HALL FRANCAIS (Théâtre Rive Gauche-Paris 14ème) - par Olivier BARROT

Raconter l’Histoire du Music Hall, c’est raconter bien plus que celle d’un rideau rouge : c’est raconter la France, son esprit, ses questions, son insolence. Fort heureusement, il est bien loin
le temps ou l’on méprisait les arts populaires. Aujourd’hui on sait qu’il s’agit bien d’ « art » – trousser une chanson inoubliable et l’interpréter d’une façon fulgurante n’est pas à la portée de n’importe qui – et surtout que « populaire » indique une fusion exceptionnelle entre le public et l’artiste. Sur la scène du Music Hall français – scène riche, brillante -, n’apparaissent pas que des talents : on y a posé un miroir où le pays se regarde, pleure ses malheurs et rit de ses travers.
En fait, cette histoire du Music Hall sera une histoire de la France. On rencontrera l’amour sous toutes ses formes, du grivois au vénal en passant par le romantique ou l’interdit. On y verra des héros qui n’ont pas toujours un physique parfait mais de l’humour ou de l’audace. On y applaudira de grandes dames – parfois toutes petites, comme Edith Piaf -, grandes dames qui ne sont pas celles du Faubourg Saint-Honoré mais plutôt celles des pavés de la Butte, de Saint-Germain, et qui racontent un autre destin de la femme. On y admirera des personnalités plus ambiguës que prévu, témoignant, selon le moment, que les moeurs se relâchent ou se tendent. On y comprendra comment on bouscule les politiques et l’on dénonce les privilèges. On découvrira comment on regarde l’étranger à travers la chanson coloniale, le jazz ou la vedette à accent. Grâce à l’érudition lumineuse d’Olivier Barrot et aux trésors que l’Institut National de l’Audiovisuel met à votre disposition, vous passerez plusieurs soirées à découvrir ou retrouver des morceaux d’anthologie qui ont enthousiasmé les foules pendant des décennies. Au-delà de la nostalgie ou du plaisir pur, c’est une façon intelligente, sensible et originale de parcourir le siècle. ( Eric Emmanuel Schmitt)

C’est donc un dimanche par mois à 17h00 que vous pourrez revivre ces grandes heures. Voilà le planning des prochaines représentations conçues et dirigées par Olivier Barrot :

22/11/2015 : les grandes dames
20/12/2015 : les poètes
17/01/2016 : les années folles
21/02/2016 : les chanteurs de charme
20/03/2016 : les groupes vocaux
17/04/2016 : le yé-yé
15/05/2016 : le comique troupier
19/06/2016 : l’opérette marseillaise

Large choix, qui vous montrera que la chanson, ce n’est pas seulement la nouvelle star ou The Voice.

Tarif : 20€ (groupes : 15€)

réservations : 01 43 35 32 31
www.theatre-rive-gauche.com

Théâtre Rive Gauche
6 rue de la Gaîté 75014 Paris / M° Edgar Quinet ou Gaîté

J’ai par ailleurs trouvé, juste pour information, un récapitulatif des meilleurs vendeurs de disques en France . Je ne sais pas si c’est juste, mais bon, vous en jugerez par vous même, on ne dit pas si les CD sont inclus, mais cela donne un ordre d’idée. On voit que la variété française , tant décriée par certains est en bonne place avec dans les 5 premiers: Michel Sardou, Claude François, Sheila, et d’autres artistes populaires ensuite, comme Sylvie Vartan, Mireille Mathieu, Dalida, Joe Dassin, Nana Mouskouri, Frédéric François ou Céline Dion, et bien entendu les grands noms: Jean-Jacques Goldman, Charles Aznavour ou Hallyday

12065940_10153438265216107_5875496700655230480_n

Rating:

Michel Sardou prouve qu’il est bien le fils de Fernand et Jackie Sardou: un excellent comédien.

REPRESAILLES_ABRIBUS_118,5X175

Deux succès en une seule année au théâtre. Dans ‘Si On Recommençait, Michel Sardou nous avait régalés. Cette fois, aux côtés de Marie Anne Chazel, il récidive avec le succès avec une comédie : Représailles. Le soir où il vient de marier sa fille, Francis (Michel Sardou) va commencer à avoir des ennuis. Sa femme Rosalie (Marie-Anne Chazel) l’a surpris à danser avec sa maîtresse, et s’aperçoit qu’il n’a pas été un mari très fidèle. Le divorce devient inévitable, au grand dam de Francis, qui risque fort de tout perdre. Le problème est qu’il aime toujours sa femme, et il voudrait faire la paix. Rosalie va, à son tour, faire quelques aveux. Ajoutez à cette situation les maîtresses de Francis  qui débarquent, la présence de sa fille qui semble avoir des problèmes avec son mari dès le premier soir, et  un personnage (Laurent Spielvogel) qui va débarquer chez Francis en son absence, et l’admiration de certains pour Julien Clerc, et vous obtenez un cocktail hilarant, conçu par Eric Assous et mis en scène d’Anne Bourgeois.

8Représailles©Céline Nieszawer 29Représailles©Céline Nieszawer 52Représailles©Céline Nieszawer 54 Représailles©Céline Nieszawer

Toutes les photos ci dessus :©Céline Nieszawer

Ce cocktail donne une des excellentes comédies de cette saison, et le public ne s’y trompe pas. La salle était pleine à craquer. Tous les comédiens, même ceux qui ont des plus petits rôles comme Caroline Bal, Emma Gamet, Teresa Ovidio, Valérie Vogt ou Mickael Rozen, sont au top. On s’amuse dès les premières minutes. Cela ressemble étrangement à du boulevard, sans les portes qui claquent, et pourtant tout cela reste bien dans l’air du temps. On voit bien que le public aime les grands comédiens, c’est pourquoi des pièces comme Momo ou Fleur de Cactus connaissent un réel succès. Cette première partie de saison est une des plus belles depuis fort longtemps, et c’est tant mieux. Quand les spectateurs ont un tel choix de pièces de qualité, pas uniquement en comédies, mais en grands textes comme le Roi Lear, cela prouve la santé du théâtre.

Il fait toujours bon rire, et quand la salle affiche complet, les rires fusent de toutes part et quasi à l’unisson, et c’est ce qui se produit chaque soir au théâtre de la Michodière, avec ce duo de comédiens qui tiennent l’affiche : Marie-Anne Chazel et Michel Sardou. C’est un pur délice de les voir se déchirer, se retrouver, se chamailler.

IMG_0513 (2) - Copie - Copie - Copie IMG_0533 - Copie IMG_0536 - Copie IMG_0539 - Copie IMG_0544 - Copie - Copie IMG_0542 - Copie

Toutes les photos des saluts : @ guy courthéoux / onsortoupas

Représailles c’est du mardi au samedi à 20h30 et le dimanche à 15h30 au théâtre de la Michodière jusqu’au 28 Février 2016.

Prix des places: de 15 à 47€

locations : 01 47 42 95 22 et en ligne : www.michodiere.com

Théâtre de la Michodière ,bis rue de la Michodière   Paris ( proche de l’Opéra)

 

Rating:

Certaines personnes sont curieuses, beaucoup trop curieuses.

 

 

onsortoupas101

Serge et Marianne sont heureux en mariage depuis bien des années. Un fils qui vit loin d’eux, mais qui reste en contact régulièrement. Mais un stupide accident fait remonter certains épisodes à la surface, et va semer le doute. Certes Marianne est plus que curieuse et elle ne lâche pas l’affaire, même si cette affaire semble dater d’avant leur rencontre. Mais un petit mensonge de ces temps lointains pourrait bien se transformer en une explosion atomique.

PhotoLot Onne18

 

Deux excellents comédiens sur la scène du Théâtre La Bruyère, Fanny Cottençon et Jean-Luc Moreau, qui vont vous faire traverser ce marasme de bout en bout. Et chaque rebondissement  est une nouvelle pierre contre un édifice qui semble s’écrouler. Il fallait le talent de ces deux comédiens pour nous entraîner dans cette folie. Chacun y verra midi à sa porte. Personnellement, je me demandais constamment quand elle allait arrêter de fouiner, quand il allait arrêter de couvrir les petits mensonges. Je rageais contre l’un ou l’autre. J’étais pris au jeu, pris dans le piège de l’écriture de cette pièce par Eric Assous, homme de théâtre et de cinéma. Théâtre avec , entre autres : Nos Femmes, avec Richard Berry, Une journée ordinaire, Mon Meilleur copain ou Secret de Famille avec Michel Sardou. Mais cinéma aussi avec les scénarios des Randonneurs (en 1996), de Moi, César 10 ans et demi (de Richard Berry), ou encore de La Femme Défendue qui fut présenté à Cannes en 1996. Cet auteur prolifique nous emmène où il le veut et on se sent bien (ou très mal dans certaines situations) à voir ces comédiens dirigés par un d’eux (Jean-Luc Moreau). Ce serait faire injure de donner la liste de toutes les mises en scène à succès que l’on doit à Jean-Luc Moreau. N’en citons que deux : Le dîner de cons en 2009, ou Si C’était à Refaire de Laurent Ruquier. Quant à Fanny Cottençon, elle a été aussi souvent présente sur les planches qu’au cinéma ou à la télévision. Une actrice au talent indéniable.

PhotoLot Onnese15PhotoLot Onne11

 

TOUTES LES PHOTOS : @LOT

ON NE SE MENTIRA JAMAIS  au Théâtre La Bruyère, 5 rue La Bruyère Paris 9ème, proche du Métro St Georges

Du mardi au samedi à 21h00, matinées samedi à 18h30

Prix des places de 22 à 38€ (plus frais de location) directement au théâtre au 01 48 74 76 79

la bande annonce :

Rating:

Eric Emmanuel Schmitt est vraiment le roi actuel du théâtre, tout ce qu’il écrit est superbe, et cette pièce est sans nul doute une des meilleures de la saison.

100x150_SI_ON_RECOMMENCAIT_gaylor

Se retrouver face à soi-même , mais avec 40 ans de moins peut créer un choc. Surtout quand on doute sur les choix qu’on a fait dans sa vie. C’est ce qui arrive à Alex (Michel Sardou), qui vient visiter la maison de sa grand-mère (Anna Gaylor), qu’il adorait. Par un étrange phénomène, il se retourne 40 ans plus tôt, le jour le plus marquant de sa vie, où il a dû faire des choix. Et face à lui, son personnage (Félix Beauperrin) coureur de jupons  avec deux belles qui se battent pour ses beaux yeux, et une charmante cousine (Dounia Coesens, Florence Coste et Félix Beauperrin). Alex âgé face à) Alex dans la splendeur de ses 20 ans, un curieux dialogue va s’instaurer. Mais va-t-il lui donner des conseils ?

9J1A0972 9J1A0834 9J1A0446 9J1A0434

Il faut le dire tout net, cette pièce est un joyau. On s’y amuse, et elle nous donne à réfléchir, et c’est là le talent de l’auteur, Eric Emmanuel Schmitt, qui écrit là un petit chef d’œuvre. On peut y voir un simple divertissement, ou réfléchir un peu plus. La mise en scène de Steve Suissa laisse la place belle à la troupe d’acteurs qui tous sont excellents. Messieurs, vous apprécierez la plastique des comédiennes, mesdames celle de Félix Beauperrin, parce que le talent n’interdit pas d’être beau. Un bravo à Anna Gaylor, qui a repris le rôle de Françoise Bertin, souffrante, au pied levé, et bien entendu, il faut applaudir la star de la soirée, Michel Sardou, qui est juste de bout en bout, sans jamais tirer la couverture. Même en cherchant bien, je ne vois aucun reproche à faire, et si je devais conseiller une seule pièce pour se divertir, je crois bien que ce serait Si On Recommençait.

_DSC3877 _DSC3888

Si On Recommençait

Comédie des Champs Elysées, 15 avenue Montaigne Paris 8

Tous les soirs du mardi au samedi à 20h30, matinées dimanche à 16h00

Places de 20 à 58€

 

Locations : 01 53 23 99 19

Ou

www.comediedeschampselysees.com

 

http://www.dailymotion.com/video/x26v22o_si-on-recommenc-ait-michel-sardou_creation